• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !
  • Merci de ne pas publier plus de 5 poèmes par jour.

Poème Aux frontières de l’absurde et du futile.

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
[001047].jpg






Aux frontières de l’absurde et du futile.



Les verbes plats comme les galettes du printemps pourri
Ne sont pas à conjuguer.
Ils sont faits de fiel sucré et teinté de rose
Comme le délire du diable dans sa mare.

J’entends grincer le silence.
Sur les pétales essorées de l’insouciance
Et de l’absurde écho des voix lointaines.

Assis, jambes repliées sur mon passé
Sur un fauteuil truffé de micros
Et de fils à couper le son

J’entends aussi le murmure des gémissements
Et des plaies ouvertes et soudaines
Des voies venues en guerrières atteintes d’arthrose
Ou de maladies vénériennes
Saluer avec moi mes aïeuls et le subtil chant carillon
De l’infatigable victoire sur le temps

On avait semble-t-il, bon an mal an
Réussi à stabiliser le Mal
Aux frontières du probable
Du surhumain
De l’absurde
Et de l’inéluctable déclin du führer.

Nos rêves étaient des chiffons ramassés sur la voie du Bronx
Lorsque le macadam était de cadavres jonché
À vendre aux diables désœuvrés
Dont les fiches signalétiques banderoles de déraison
Toujours placardés au niveau des nurse-ris
Et des jardins d’enfants autistes ou mal voyants

Et les explorations sont à éviter mon frère.
Car elles mènent aux culs de sacs du futile et de l’absurde.
D’abord ne jamais écouter aux portes de l’histoire
Il y a des mots qui échappent des fours
À peine arrosés de naphtaline
Et d’huile de soja modifié pour les bienfaits de la génétique.
D’autres qui rentrent à l’aube tellement lessivés, essorés
Qu’ils n’ont pu ressortir. Plus jamais.

Douceur des touches à modérer
Sur un ton de plus en plus mouillé, rouillé, oublié.
D'une partition avec de nombreux points noirs
Et des souris d’époque
Lorsque ma mémoire se fait plaisir
Elle écoute avec moi son seul morceau de musique baroque
Couché sur place au milieu de mes larmes
Éparpillées aux vents antiques
Sur une feuille de papier jaunie par les ans
Et par l’inutilité des hommes.

Voilà pourquoi ce soir je n’entends plus ma voix
Elle est cachée quelque part à l’affût
Sous mon soleil gris et ma nuit de fin de siècle
Je ne sais plus depuis longtemps
Je ne sais rien, rien du tout.

Point.
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Vu le manque désolant de commentaires, c'est en effet difficile de commenter un texte aussi compliqué et tortueux comme un chemin de travers, je propose ici non pas une explication, mais juste quelques pistes qui aident à mieux comprendre ce que moi=même je peine à comprendre....

= il s'agit s'agit d'un rappel très approximatif (grosso modo) de la souffrance d'un peuple exilé et persécuté par les nazis;

= il s'agit aussi d' une lecture personnelle de faits historiques à peine dévoilés et qui rappellent à leur tour l'atrocité des hommes faces autres dans toute la cruauté de l'espèce humaine.

= il s'agit enfin d'une écriture presque automatique où rien ne freine l'élan des mots et la musique à peine audible d'un passé dépassé puisque décomposé et jeté aux oubliettes de l'histoire ......

:cool::cool::cool::cool:
 

Storgé

Grand poète
Inscrit
23 Novembre 2018
Messages
1,524
J'aime
2,840
Points
123
Age
59
Localité
Perpignan
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Je ressens une perte d'illusion d'un être désabusé par l'incohérence de la vie....
La rhétorique reste sophistiquée malgré tout,bravo
 

marinette

Grand poète
Inscrit
29 Octobre 2018
Messages
1,979
J'aime
3,232
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#5
La cruauté des hommes pour un idéal bien ancré dans leur cerveau.

La décadence de l'humanité pour arriver à rien, juste à la souffrance et au délire atroce...

Difficile de dire notre ressenti, mais j'ai parcouru vos lignes que "j'ai aimé" malgré la dure réalité de ce qui fut.

Amitiés
 

Perceval

Grand poète
Inscrit
8 Octobre 2018
Messages
2,138
J'aime
2,826
Points
123
Localité
Paris 75015
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Quand il n'y a plus d'espoir
Tout de vient sombre !
Il n'y a plus rien a attendre de la Vie !
Ce sont des vers qui sombrent dans l’incohérence de notre existence !
Amitiés

Perceval inspi.jpg
 

CARLAME

Grand poète
Inscrit
3 Mars 2019
Messages
845
J'aime
1,193
Points
98
Je suis
Une femme
Hors ligne
#7
superbement écrit et décrit !!! je tire mon chapeau et j'en fait mon coup de coeur : mon coup de coeur pour cerf-volant ce 13/04/2019

encore bravo et moi je l'avais compris sans ton explication mais j'avoue que le temps manque pour tout lire , j'avais repéré le titre mais c'est après quelques jours que j'ai pris la peine de te lire que je ne regrette pas même si celui-ci est plein de désillusions et plutôt pessimiste ! bravo

e185dcb7.gif merci pour ce partage.gif
 
Inscrit
25 Mars 2019
Messages
1,231
J'aime
2,361
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#8
vos explications sont claires c'est à peu près ce que je pensais aussi..... l'image parle d'elle même....toutes ces cruautés sont tellement difficiles à coucher sur du papier il faut toucher sans trop choquer et pourtant !
en tous cas c'est un écrit sensible et qui moi me touche profondément pour avoir subit quelques "éclaboussures" ( mon père avait un nez pas comme tout le monde le pauvre et on le prenait pour ce qu'il n’était pas ).....j'ai écrit sur le Rwanda en mars (c'est plus récent que "l'exodus" )mais c'est une horreur aussi ....Vic
 

chessmec

Maître poète
Inscrit
27 Septembre 2018
Messages
3,523
J'aime
6,071
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#9
Je n'ai hélas rien compris de ce texte...
Les explications supplémentaires m'ont permis en effet de resituer chaque ver dans un contexte d'après guerres...
Malgré tout, difficile pour moi de ressentir quelque chose après cette relecture...
La plume assemble des mots avec musicalité et beaucoup d'entrain... Mais, pour moi, difficilement saisissable.
Amitiés, Chess.
 

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
3,469
J'aime
4,389
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#10
WOuaaa...fatigué, je commenterai plus tard, image est violente mais parlante la 'photo'.
Belle nuit.
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#11
Bonjour

Je vais répondre en premier à Chess au risque de me faire taper dessus par les autres commentateurs fort sympathiques auxquels j'adresse mes meilleures salutations

Il est connu qu'un poème est comme un tableau, on l'aime ou on est indifférent.

Mais vouloir lui donner une signification, c'est à dire le charger d'un sens que nous mêmes voudrions le lui coller pour qu'il soit "compréhensible " et donc être signifié tout en étant signifiant, c'est un peu forcer l'interprétation du même poème.

Je l'ai dit moi-même que ce "texte" est un peu confus pour moi son auteur...Mais il me semble pourtant que quelque chose transparaît de ce poème même si M.Chess n'y a rien trouvé de clair et de compréhensible.

Déjà le titre est en soi évocateur d'un jeu de mots sur un autre jeu de maux . Car à bien considérer les propos émis sur cette page, l'absurde et le futile restent deux concepts étrangement liés à des événements historiques non-dits, il est vrai, mais qui transparaissent à travers les vers offerts en libre service.

L'absurdité d'une guerre que les nazis ont menée a fait des ravages aux Juifs mais pas que....Le monde entier souffre de ces atrocités jusqu'à nos jours et nombre de catastrophes dans la pensée humaine est provoqué par la dérive hitlérienne et le génocide commis durant la 2ème guerre mondiale. "Aux frontières de l’absurde et du futile." prend alors une signification particulière car le futile a gagné sur le raisonnable et l'absurde a d'une guerre atroce, réduit à néant les progrès de l'humanité toute entière.

"Les verbes plats comme les galettes du printemps pourri, ne sont pas à conjuguer.":

Car en effet rien ne sert de discourir sur des événements terribles puisque , aujourd’hui même, après tant d'années les mêmes atrocités sont perpétués à travers le monde et parfois par les victimes des chambres à gaz eux-mêmes, en Palestine et ailleurs...

La trahison de la mémoire humaine et le motus imposé sur les criminalités des temps modernes font peser un silence que je décris ainsi:

" J’entends grincer le silence.
Sur les pétales essorées de l’insouciance"
Et de l’absurde écho des voix lointaines."

Même si aujourd'hui, on est tenté de faire tout le bruit nécessaire à faire éclater la vérité aux yeux du monde, il y a toujours ces mystérieuses volontés à tout faire taire

"Sur un fauteuil truffé de micros
Et de fils à couper le son"

Car, dans les rubans bien dorés des cérémonies publiques et privées , scandant la victoire sur le diable,
"J’entends aussi le murmure des gémissements Et des plaies ouvertes et soudaines", il y a encore des cachotteries et des tractations secrètes entre dominateurs du monde.

Gémissements de ces victimes qui naguère avaient été internées et mises au cachot dans les plus grandes capitales d'Europe, lorsque le Juif était synonyme de tous les vices du monde et sa persécution était vécue normalement par tous.

Ces victimes étaient des gens comme vous et moi:

"Des voies venues en guerrières atteintes d’arthrose
Ou de maladies vénériennes"

J'invite donc ceux qui lisent avec le cœur de "Saluer avec moi mes aïeuls et le subtil chant carillon
De l’infatigable victoire sur le temps"


L'homme moderne a su vaincre le Mal, alors qu'au moment de le déchéance hitlérienne, on avait des doutes sur la capacité à l'éradiquer:

"On avait semble-t-il, bon an mal an
Réussi à stabiliser le Mal
Aux frontières du probable
Du surhumain
De l’absurde

Et de l’inéluctable déclin du führer."

Et puis cet élan libérateur n'avait pas été possible s'il n'y avait pas des femmes et des hommes qui se sont sacrifiés pour le reste de l'humanité , en Europe mais aussi plus loin en Amérique et dans le monde

"Nos rêves étaient des chiffons ramassés sur la voie du Bronx
Lorsque le macadam était de cadavres jonché

À vendre aux diables désœuvrés"

Le devoir de mémoire impose au poète d'être plus explicite et donc de rappeler au moindre détail les horribles moments de peine et de souffrance des gens comme nous, tous fichés et classés par race:

" Dont les fiches signalétiques banderoles de déraison
Toujours placardés au niveau des nurse-ris

Et des jardins d’enfants autistes ou mal voyants"

Alors aujourd’hui, il serait malsain de vouloir pénétrer le secret des geôles et des archives nationales de chaque recoin d monde:

" Car elles mènent aux culs sacs du futile et de l’absurde.
D’abord ne jamais écouter aux portes de l’histoire

Il y a des mots qui échappent des fours"

Je renvoie ici aux récits célèbres de chambres à gaz où tout était permis aux nazis: la torture, le meurtre, les exactions mais surtout les essais génétiques sur les prisonniers et le souhait du Fuhrer de parvenir à une race supérieure à l'image de sa "race aryenne , pure et dure ":

" Et d’huile de soja modifié pour les bienfaits de la génétique."

Tandis que les fours crématoires continuaient à faire sortir une fumée noirâtre des cheminées dissimulées dans les hangars de la honte:

" D’autres qui rentrent à l’aube tellement lessivés, essorés
Qu’ils n’ont pu ressortir.

Plus jamais."

En somme, mon texte entier est un hommage à ces femmes et ces hommes morts pour que la Justice et la Liberté des hommes soient pour toujours notre emblème et notre fierté...

Mais pour le moment, j'ai l'impression nette que cela reste un peu lointain à réaliser et que pour me consoler, je recherche ma vérité parmi tous ces débris d'un autre âge:

"Voilà pourquoi ce soir je n’entends plus ma voix
Elle est cachée quelque part à l’affût
Sous mon soleil gris et ma nuit de fin de siècle
Je ne sais plus depuis longtemps
Je ne sais rien, rien du tout.

Point."

J'espère vous avoir donné une raison de relire mon texte et de lui trouver un semblant d'intérêt.
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#12
Je ressens une perte d'illusion d'un être désabusé par l'incohérence de la vie....
La rhétorique reste sophistiquée malgré tout,bravo

J'aurai aimé vous répondre en premier ayant eu le plaisir de lire votre radieux commentaire en premier, mais la tentation était forte de répondre à un autre commentateur qui m"a par sa remarque un peu triste poussé à mieux m'exposer en expliquant vainement mon texte comme une sorte de justification personnelle de mon côté confus et " plaçant les mots pèle-mêle " sous forme de pseudo poème....

Merci de lire et d'apprécier ...


Vous ai-je dit ami combien l'illusion
me fait peur? . La désillusion plus encor
Navigant sur le vent sans sa permission
Poème qui souffre autant que gémit tout mon corps;)
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#13
La cruauté des hommes pour un idéal bien ancré dans leur cerveau.

La décadence de l'humanité pour arriver à rien, juste à la souffrance et au délire atroce...

Difficile de dire notre ressenti, mais j'ai parcouru vos lignes que "j'ai aimé" malgré la dure réalité de ce qui fut.

Amitiés

Vous aimez, Marinette, ces lignes tracées
D'un peuple en dérive au moment de son déclin
Souffrant seul durant de dures années passées
Au fond d'un oubli et d'un trop profond dédain


Votre lecture bien qu'elle soit personnelle
A libéré la parole en disant la vérité
Les années passent en leur souffrance éternelle
Et font vivre l'espoir dans toute sa clarté


Merci d'avoir su fouler de vos petits pieds
Allées béantes grand'ouvertes sur l'histoire
Sur un sol mouillé de larmes et de vomis
S'étale le diable fou dans toute sa mare


Excusez l'élan que je veux reconnaissant
En vers très crus comme on ne pourrait plus écrire
La réalité dites-vous est un instant

Qui fait vibrer l'âme enturbannée d'un sourire......
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#14
Quand il n'y a plus d'espoir
Tout de vient sombre !
Il n'y a plus rien a attendre de la Vie !
Ce sont des vers qui sombrent dans l’incohérence de notre existence !
Amitiés

Perceval Voir la pièce jointe 11362


Merci chevalier de venir sur ta monture
saluer avec moi pan d'histoire banal.
J'en viens à comprendre que la belle lecture
Vient d'un poète au pseudo tout fier de Perceval


 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#15
superbement écrit et décrit !!! je tire mon chapeau et j'en fait mon coup de coeur : mon coup de coeur pour cerf-volant ce 13/04/2019

encore bravo et moi je l'avais compris sans ton explication mais j'avoue que le temps manque pour tout lire , j'avais repéré le titre mais c'est après quelques jours que j'ai pris la peine de te lire que je ne regrette pas même si celui-ci est plein de désillusions et plutôt pessimiste ! bravo

Voir la pièce jointe 11388
Pour toi Carlame en guise d'amitié et de reconnaissance:

Qu'ai-je à dire sinon un respect pour toi.
Toi qui viens souvent à la rencontre poétique.
j'aime ta façon d'explorer les textes par la foi,
d'une vraie poétesse venant de Belgique


J'aime aussi l'esprit de partage qui parfois,
fait renaître l'émoi, fort bien sympathique.
Comme s'aimer sur site, semer de bon aloi
les grains de l'amitié sur un forum pudique.


Je t'imagine un jour, tu serais belle reine,
par des vers souvent somptueux qu'on ose à peine
contredire. La parole sert de perchoir.


J'accroche aux doux mots que diffuse la Carlame,
un ruban de soie en guise de vrai calame,

qui enchante l'âme à la tombée du bon soir.


 
Dernière édition:

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#16
vos explications sont claires c'est à peu près ce que je pensais aussi..... l'image parle d'elle même....toutes ces cruautés sont tellement difficiles à coucher sur du papier il faut toucher sans trop choquer et pourtant !
en tous cas c'est un écrit sensible et qui moi me touche profondément pour avoir subit quelques "éclaboussures" ( mon père avait un nez pas comme tout le monde le pauvre et on le prenait pour ce qu'il n’était pas ).....j'ai écrit sur le Rwanda en mars (c'est plus récent que "l'exodus" )mais c'est une horreur aussi ....Vic


Vous êtes affectée par ces âmes touchées
Que mon écrit retrace en libre cerf volant
Par l'horreur de tous ces corps sur le sol couchés
Enfouis dans nos mémoires comme au bois dormant

Votre père avait un nez crochu et perché
Comme au temps de Moise en pur prophète avenant
Son peuple de l'exil, est allé le chercher
Pour la terre promise où il jouit maintenant

l'Exodus en un voyage, a atteint le Jourdain
Comme le Dey, piqué par sa mouche soudain
A balayé le passé d'un coup d'éventail

Ce peuple élu s'est assis en Palestine
Par l'Etat national à son ultime bataille
Opprime un autre peuple dont la vie est en ruine.




 
Dernière édition:

CARLAME

Grand poète
Inscrit
3 Mars 2019
Messages
845
J'aime
1,193
Points
98
Je suis
Une femme
Hors ligne
#17
Pour toi Carlame en guise d'amitié et de reconnaissance:

Qu'ai-je à dire sinon un respect pour toi.
Toi qui viens souvent à la rencontre poétique.
j'aime ta façon d'explorer les textes par la foi,
d'une vraie poétesse venant de Belgique


J'aime aussi l'esprit de partage qui parfois,
fait renaître l'émoi, fort bien sympathique.
Comme s'aimer sur site, semer de bon aloi
les grains de l'amitié sur un forum pudique.


Je t'imagine un jour, tu serais belle reine,
par des vers souvent somptueux qu'on ose à peine
contredire. La parole sert de perchoir.


J'accroche aux doux mots que diffuse la Carlame,
un ruban de soie en guise de vrai calame,

qui enchante l'âme à la tombée du bon soir.



Le respect est essentiel entre membres de ce forum,
tu me dis "vrai poétesse", c'est trop d'honneur, moi qui n'y connait rien aux règles de la poésie,
par contre je te retourne le compliment, toi, le fin connaisseur et vrai poète !
ce sonnet est bien écrit mais je vais oser te contredire, il ne faut pas m'imaginer belle reine, j'ai essayé de tirer les rennes en étant modo, je me suis brulé les doigts !!
Je ne suis qu'un oiseau qui chante comme tant d'autres ici,
Ce sonnet me met trop à l'honneur, trop en avant, j'ai besoin d'un paravent !
Amitiés poétiques
th4OD6YQXC.gif merci beaucoup plume.gif
@CARLAME
 
Dernière édition:

michel

Grand poète
Inscrit
20 Août 2018
Messages
2,103
J'aime
2,345
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#18
bravo cerf-volant, que je découvre. Un immense texte qui me convainc de l'absurdité de l'homme et Camus en dirait autant.

michel
 

ECNI

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
995
J'aime
1,591
Points
98
Localité
Narbonne
Je suis
Un homme
Hors ligne
#19
Tout est résumé dans le titre ....

Nous habitons une planète où le plus fort dévore le plus faible (cela se vérifie du plus petit être jusqu'au plus grand) ... notre histoire n'est faite que de conquêtes, de trahisons de guerres, de maladies .... mais le monde reste beau quand même pour ceux qui veulent bien le regarder ...

A nous de prendre la bonne direction ...celle de l'amour, de l'empathie, mais aussi celle de la raison .
C'est pour cela que je pense qu'une seule vie ne suffit pas , il faut s'assurer que cette voie sera suivie par la descendance ... aller au delà de l'utopie pour que les choses changent et s’harmonisent .
 

cerf volant

Grand poète
Inscrit
4 Février 2019
Messages
324
J'aime
493
Points
68
Je suis
Un homme
Hors ligne
#20
WOuaaa...fatigué, je commenterai plus tard, image est violente mais parlante la 'photo'.
Belle nuit.
Fatigué notre ami Sim que le doux sommeil
berce, l'empêchant de lire et de commenter
Pourtant la pierre blanche, en boule, à son réveil
va ressusciter en lui ce qui va rester.......
 
inscrivez-vous

Membres en ligne

Haut