• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Le sourire

Ravel

Grand poète
Inscrit
18 Janvier 2020
Messages
257
J'aime
539
Points
148
Localité
Auriol 13390
Je suis
Une femme
Hors ligne
#1


Le sourire​


Silencieux dialecte offert selon l’humeur​

À l’ami, à l’enfant, à l’inconnu qui passe,​

À celui qui s’en va et traverse l’impasse​

Le long ruban obscur, un signe avant-coureur…​


Une autre vie attend quelque part loin d’ici,​

Où sourire n’est pas, faveur exceptionnelle​

Mais un acte normal, offrande originelle​

Légué au premier jour de ce monde, merci !​


Au fil des mois, du temps, à force de vouloir​

Paraître, régenter, l’humain va à sa perte,​

Il est trop tard hélas quand il lance l’alerte​

Le maître a détourné ses yeux et son pouvoir,​


J’en connais la raison, l’immense déception.​

Nous qui l’avions acquis au jour de la naissance,​

Offert par notre fée penchée avec aisance​

Au voile du berceau avec adoration,​


Et n’avons pas saisi privilège ancestral​

Tout comme Adam et Ève ont croqué une pomme,​

Nous, nous avons perdu le bel aspect de l’homme​

Lumière dans les yeux, sourire magistral.​


Margénye Auriol janvier 2020​








 
Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
15,471
J'aime
18,850
Points
173
Localité
France
Je suis
Une femme
Hors ligne
#2


Le sourire​


Silencieux dialecte offert selon l’humeur​

À l’ami, à l’enfant, à l’inconnu qui passe,​

À celui qui s’en va et traverse l’impasse​

Le long ruban obscur, un signe avant-coureur…​


Une autre vie attend quelque part loin d’ici,​

Où sourire n’est pas, faveur exceptionnelle​

Mais un acte normal, offrande originelle​

Légué au premier jour de ce monde, merci !​


Au fil des mois, du temps, à force de vouloir​

Paraître, régenter, l’humain va à sa perte,​

Il est trop tard hélas quand il lance l’alerte​

Le maître a détourné ses yeux et son pouvoir,​


J’en connais la raison, l’immense déception.​

Nous qui l’avions acquis au jour de la naissance,​

Offert par notre fée penchée avec aisance​

Au voile du berceau avec adoration,​


Et n’avons pas saisi privilège ancestral​

Tout comme Adam et Ève ont croqué une pomme,​

Nous, nous avons perdu le bel aspect de l’homme​

Lumière dans les yeux, sourire magistral.​


Margénye Auriol janvier 2020​








Un très beau texte tout en douceur que j'ai apprécié
Merci pour ce pzrtage
Gaby
 

Concours sur le thème du printemps

concours printemps

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut