• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Pourquoi deux poèmes par jour ? (long mais la salle d'attente était pleine)

Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,026
J'aime
1,643
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Pourquoi deux poèmes par jour ?

(Méditature poétologique
Et plaidoirie qui sophistique )

Combien de pages faut-il avant que ce soit trop ?
Faut il un spécimen se gardant in vitro.
Cela dépend sans doute de mon imaginaire
La rime quotidienne ou bien hebdomadaire?

Certes il faut éviter les excès littéraires
Poussant quelque critiques à se faire sanguinaires.
Car à se saturer l’esprit reste frileux
Trop publier d’un coup serait un mal affreux

Vous me direz monsieur reposez votre esprit
Dans le feu créatif abondent les écrits.
C’est déjà moins que rien que de pondre une page
Car s’user à écrire jamais ne vous ménage

Mais si la quantité n’admet pas de critique
Le poète devient un rimeur pléthorique.
La qualité n’est pas toujours à son balcon
Il y a des semaines où le style est abscon.

Il aimerait alors une œuvre double ou triple
Orientée vers ses goûts singulière ou multiple.
Quitte à ne point sortir pendant un certain temps
Ses produits sortiraient d’un esprit insistant

Vous me direz alors vous êtes anarchiste
Entraînant votre plume à sortir de la piste .
Ayez en l’occurrence un bon discernement
Totale liberté nuit aux comportements

Et vous le voyez bien la chose est délicate
Certains reprocheront que l’on coupe leurs pattes.
Restreindre est la façon de mieux gérer le flux
Poésie doit gérer les excessifs influx

Et puis par habitude on supporte souvent
Que les libres d’esprit fassent beaucoup de vent
Les grattouilles légères qui a la fin agacent
De riens se croyant tout sans cesse vous menacent

Qui aime Poésie finira tôt ou tard
À aller sur le net qui de lettres de pare
Et qui sème des sites où la rime s’expose
Désertant tous ceux qui n’admettent que la prose

Il y a donc à faire pour tout écrivassier
le choix du bon endroit qui puisse apprécier
Ses encres fantaisistes et bien sur poétiques
Dans une discipline ferme mais sympathique

Ne pouvant tolérer l’accumoncellement
De désordres écrits sans grand discernement
Une muse sans doute un jour se fâcherait
Si l’excès de poèmes en tas s’agglomérait

Pour Les plumes ayant assez de bon vouloir
Publier tout écrit est chose à concevoir.
Mais si quelques censeurs professent l’exigence I
Ils voudraient que la plume soi berceau d’excellence

Il faut toujours creuser pour trouver des talents
Qui servent de modèle ou bien d’enchantement.
Et partout où la rime pullule avec ardeur
Tous les écrits ne peuvent accéder au bonheur

Des codes informels pour poètes inventifs
Doivent donc réguler leur instinct créatif.
Et imposer aux vers un passage d’écluse
Laissera justement la parole à nos muses :

"Sans la liberté de blâmer
il n’est point d’éloge flatteur "
Disait un poète frondeur
Ne se laissant pas désarmer


"Impossible monsieur mon sang se coagule
à penser qu’on y puisse changer une virgule"
aurait dit Cyrano en tirant sa rapière
N’aimant pas le censeur aux mauvaises manières

Diable ! Faudrait filtrer les excès de poèmes !
Seraient ils susceptibles de susciter la haine ?
L’inspiration doit elle dompter les fulgurances
Et après chaque écrit s’accorder des vacances.

Pensez à des esprits qui s’éprenant de rimes
Viennent les placer toutes en la même vitrine
Un désordre immédiat leur tomberait dessus
Car trop d’encre en un coup serait bien mal reçu

Un candide dirait il faut donc modérer
L’inspiré bouillonnant voulant trop s’affairer
Qu’il relise ses encres elles seront meilleures
Pour en montrer le charme aux dates ultérieures.

On peut en s’accordant au ton disciplinaire
Apprendre à modérer le débit libertaire
Car si la poésie était trop libre ici
L’extrême profusion causerait du souci.

Vous me direz enfin l’ordre est indispensable
Il faut bien éviter le trop plein détestable
Je vous réponds tout net mon inspiration
N’est pas assujettie à vos intentions.

Mais s’il faut limiter à deux écrits par jour
Rien ne viendra troubler le poétique amour
Car rien je vous l’avoue ne me nuit ni me gène
Tant que je l’on laissera en tonneau le Diogène

De chagrins malfaisants viendront ratiociner
Faut-il dans l’œuvre courte se voir enraciner
Ou d’un écrit unique devenant Cornélien
Choisir l’hebdomadaire mais pas le quotidien

Écrivant en un jour de Rodrigue l’aventure
Faire cadeau à Chimène d’un soupçon de lecture.
Qui se dira le pingre il écrit peu souvent
De multiples envois seraient plus émouvants

On peut avoir la plume se mouvant sans contrainte
écrire en quantité des vers que nul n’ éreinte
Comprendrait-on alors que libre est un mot qui
N’est pas en tout moment idéal et requis.

L’exigence pourrait en simplifiant la chose
Dire que de la journée la poétique dose
Est deux textes pesés au poids décisionnaire
La liberté n’ayant rien à voir dans l’affaire.

Donc il de bon ton se suivre tout conseil
Qui accorde à chacun une dose équitable
Je Poème le fait et la muse qui veille
Admire une justice sachant être agréable..









 

Moïse Wolff

Modérateur
Membre du personnel
Inscrit
29 Octobre 2018
Messages
3,804
J'aime
6,595
Points
450
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Pourquoi deux poèmes par jour ?
Permettez-moi de vous répondre
Pour que nous puissions tour à tour
Tout au plus deux poèmes pondre

Davantage ils masqueraient
Les rares poèmes des autres
Qui sous le poids s'écrouleraient
Il ne resterait que les vôtres

Mieux vaut deux poèmes que rien
Surtout si ces textes sont beaux
Deux poèmes par jour c'est bien
Et aux vôtres je dis chapeau...
 

Moi

Grand poète
Inscrit
23 Avril 2020
Messages
1,172
J'aime
1,718
Points
198
Localité
Chez moi
Je suis
Une femme
Hors ligne
#3
Quelle verve monsieur
Votre poésie même longue
Je ne saurai faire mieux
Nous montre votre faconde

Et nous laisse sans voix
Mais comme le dit Moïse
Que deux a la fois
Pour l' heure suffisent

De vous avoir lu m'a enchanté
Au plaisir de poursuivre
Car l'auteur nous offre de la qualité

Amitiés
 
Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
10,102
J'aime
10,621
Points
183
Age
73
Localité
Grenoble
Je suis
Une femme
Hors ligne
#4
Pourquoi deux poèmes par jour ?

(Méditature poétologique
Et plaidoirie qui sophistique )


Combien de pages faut-il avant que ce soit trop ?
Faut il un spécimen se gardant in vitro.
Cela dépend sans doute de mon imaginaire
La rime quotidienne ou bien hebdomadaire?


Certes il faut éviter les excès littéraires
Poussant quelque critiques à se faire sanguinaires.
Car à se saturer l’esprit reste frileux
Trop publier d’un coup serait un mal affreux


Vous me direz monsieur reposez votre esprit
Dans le feu créatif abondent les écrits.
C’est déjà moins que rien que de pondre une page
Car s’user à écrire jamais ne vous ménage


Mais si la quantité n’admet pas de critique
Le poète devient un rimeur pléthorique.
La qualité n’est pas toujours à son balcon
Il y a des semaines où le style est abscon.


Il aimerait alors une œuvre double ou triple
Orientée vers ses goûts singulière ou multiple.
Quitte à ne point sortir pendant un certain temps
Ses produits sortiraient d’un esprit insistant


Vous me direz alors vous êtes anarchiste
Entraînant votre plume à sortir de la piste .
Ayez en l’occurrence un bon discernement
Totale liberté nuit aux comportements


Et vous le voyez bien la chose est délicate
Certains reprocheront que l’on coupe leurs pattes.
Restreindre est la façon de mieux gérer le flux
Poésie doit gérer les excessifs influx


Et puis par habitude on supporte souvent
Que les libres d’esprit fassent beaucoup de vent
Les grattouilles légères qui a la fin agacent
De riens se croyant tout sans cesse vous menacent


Qui aime Poésie finira tôt ou tard
À aller sur le net qui de lettres de pare
Et qui sème des sites où la rime s’expose
Désertant tous ceux qui n’admettent que la prose


Il y a donc à faire pour tout écrivassier
le choix du bon endroit qui puisse apprécier
Ses encres fantaisistes et bien sur poétiques
Dans une discipline ferme mais sympathique


Ne pouvant tolérer l’accumoncellement
De désordres écrits sans grand discernement
Une muse sans doute un jour se fâcherait
Si l’excès de poèmes en tas s’agglomérait


Pour Les plumes ayant assez de bon vouloir
Publier tout écrit est chose à concevoir.
Mais si quelques censeurs professent l’exigence I
Ils voudraient que la plume soi berceau d’excellence


Il faut toujours creuser pour trouver des talents
Qui servent de modèle ou bien d’enchantement.
Et partout où la rime pullule avec ardeur
Tous les écrits ne peuvent accéder au bonheur


Des codes informels pour poètes inventifs
Doivent donc réguler leur instinct créatif.
Et imposer aux vers un passage d’écluse
Laissera justement la parole à nos muses :


"Sans la liberté de blâmer
il n’est point d’éloge flatteur "
Disait un poète frondeur
Ne se laissant pas désarmer


"Impossible monsieur mon sang se coagule
à penser qu’on y puisse changer une virgule"
aurait dit Cyrano en tirant sa rapière
N’aimant pas le censeur aux mauvaises manières

Diable ! Faudrait filtrer les excès de poèmes !
Seraient ils susceptibles de susciter la haine ?
L’inspiration doit elle dompter les fulgurances
Et après chaque écrit s’accorder des vacances.


Pensez à des esprits qui s’éprenant de rimes
Viennent les placer toutes en la même vitrine
Un désordre immédiat leur tomberait dessus
Car trop d’encre en un coup serait bien mal reçu


Un candide dirait il faut donc modérer
L’inspiré bouillonnant voulant trop s’affairer
Qu’il relise ses encres elles seront meilleures
Pour en montrer le charme aux dates ultérieures.


On peut en s’accordant au ton disciplinaire
Apprendre à modérer le débit libertaire
Car si la poésie était trop libre ici
L’extrême profusion causerait du souci.


Vous me direz enfin l’ordre est indispensable
Il faut bien éviter le trop plein détestable
Je vous réponds tout net mon inspiration
N’est pas assujettie à vos intentions.


Mais s’il faut limiter à deux écrits par jour
Rien ne viendra troubler le poétique amour
Car rien je vous l’avoue ne me nuit ni me gène
Tant que je l’on laissera en tonneau le Diogène


De chagrins malfaisants viendront ratiociner
Faut-il dans l’œuvre courte se voir enraciner
Ou d’un écrit unique devenant Cornélien
Choisir l’hebdomadaire mais pas le quotidien


Écrivant en un jour de Rodrigue l’aventure
Faire cadeau à Chimène d’un soupçon de lecture.
Qui se dira le pingre il écrit peu souvent
De multiples envois seraient plus émouvants


On peut avoir la plume se mouvant sans contrainte
écrire en quantité des vers que nul n’ éreinte
Comprendrait-on alors que libre est un mot qui
N’est pas en tout moment idéal et requis.


L’exigence pourrait en simplifiant la chose
Dire que de la journée la poétique dose
Est deux textes pesés au poids décisionnaire
La liberté n’ayant rien à voir dans l’affaire.


Donc il de bon ton se suivre tout conseil
Qui accorde à chacun une dose équitable
Je Poème le fait et la muse qui veille
Admire une justice sachant être agréable..
Ne vaut il pas mieux la qualité que la quantité comme le dit Moi
Bonne journée
Gaby
 
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,026
J'aime
1,643
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Vous êtes fort aimables et ne contestant rien
j'écris sur JePoèmes en rimes que du bien
mais indirectement et pour ne pas déplaire
Je dis que discipline est chose nécessaire
certes je fus un peu long mais il est bien connu
que certain vers s'allonge si on lui tire dessus
et que maintes nuances définissent aisément
en guise de certitude bien des tâtonnements

Et ceux qui ont tout lu sans passer une ligne
d'être considérés seront amplement dignes.

Cordialitudes.
 

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut