• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Ami comme avant. (clin d'oeil à Sentimentale pour son poème'Non, je ne regrette rien')

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
4,647
J'aime
6,323
Points
248
Je suis
Un homme
En ligne
#1
On s’est connus et puis on s’est perdu de vue ;
Souvent en bande, on festoyait, on s’appelait
Quand tombait la neige, quand chantaient les muguets.
Soudain surgit ce passé d’une photo vue ;
par réminiscence l’âme candide fut
mise à nu ; il était des repas arrosés,
on refit le monde, on avait plein de projets,
sûres de notre foi et de notre candeur.

T’en souviens-tu, ami ? De la belle Huguette ;
avec ses yeux de biche et son corps de déesse,
notre cœur éprit, notre corps fuyant la messe
et faisant le mur, on partit à bicyclette
tôt un bon matin, sang en ébullition,
snobant les fleurs des champs, tu fonças bile en tête,
maudissant mon vélo, jaloux de ta conquête,
je rentrai bredouille, excédé d’émotions.

T’en souviens-tu, ami ? De la virée épique ;
en porche un mot d’excuse de maman souffrante
forte comme lionne crut la prof absente
nous donna la clé de la bagnole mythique,
sous un beau soleil de juin, nous prîmes la treize
direction Deauville, nos corps blanc d’athlètes
exhibés au soleil, moqués par les starlettes.
On rentra penaud sans se manier la fraise,
gais mais pressentir la punition logique.

Adieu lycée et bonjour le monde réel ;
bac, fac et notre pacte devint surréel,
sur place des grands hommes, rendez-vous manqué.

Devenus parents, suivre chemins différents,
et on oublia de se souhaiter nos vœux,
la seine coule paisible sous Notre Dame.

Un jour par nostalgie, en absence des dames,
tu es venu, on bavardait et en tes yeux
Je vois qu’on demeure ami, presque comme avant.

Simlecteur janvier/2010
 
Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
12,579
J'aime
14,769
Points
173
Localité
France
Je suis
Une femme
En ligne
#2
On s’est connus et puis on s’est perdu de vue ;
Souvent en bande, on festoyait, on s’appelait
Quand tombait la neige, quand chantaient les muguets.
Soudain surgit ce passé d’une photo vue ;
par réminiscence l’âme candide fut
mise à nu ; il était des repas arrosés,
on refit le monde, on avait plein de projets,
sûres de notre foi et de notre candeur.

T’en souviens-tu, ami ? De la belle Huguette ;
avec ses yeux de biche et son corps de déesse,
notre cœur éprit, notre corps fuyant la messe
et faisant le mur, on partit à bicyclette
tôt un bon matin, sang en ébullition,
snobant les fleurs des champs, tu fonças bile en tête,
maudissant mon vélo, jaloux de ta conquête,
je rentrai bredouille, excédé d’émotions.

T’en souviens-tu, ami ? De la virée épique ;
en porche un mot d’excuse de maman souffrante
forte comme lionne crut la prof absente
nous donna la clé de la bagnole mythique,
sous un beau soleil de juin, nous prîmes la treize
direction Deauville, nos corps blanc d’athlètes
exhibés au soleil, moqués par les starlettes.
On rentra penaud sans se manier la fraise,
gais mais pressentir la punition logique.

Adieu lycée et bonjour le monde réel ;
bac, fac et notre pacte devint surréel,
sur place des grands hommes, rendez-vous manqué.

Devenus parents, suivre chemins différents,
et on oublia de se souhaiter nos vœux,
la seine coule paisible sous Notre Dame.

Un jour par nostalgie, en absence des dames,
tu es venu, on bavardait et en tes yeux
Je vois qu’on demeure ami, presque comme avant.

Simlecteur janvier/2010
Très bel écho sim. Merci de ce partage
Très amicalement
Gaby
 

o

Maître poète
Inscrit
21 Juillet 2018
Messages
5,337
J'aime
5,643
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#5
Coucou Sim

Je t'imaginais bien ainsi, mon brave pote.
Ton coeur est grand, je le sais.
Merci d'avoir rédigé ce texte ;)
Tu n'aurais pas dû hésiter mais je devine ta grande part de pudeur angesurnuage

Bisous

Rose ***
 

o

Maître poète
Inscrit
21 Juillet 2018
Messages
5,337
J'aime
5,643
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
et puis...................................................

AAAES8T.img.jpg


qui lui a volé ses noisettes ? On se le demande LOL

Rose ***
 

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
4,647
J'aime
6,323
Points
248
Je suis
Un homme
En ligne
#8
Coucou Sim

Je t'imaginais bien ainsi, mon brave pote.
Ton coeur est grand, je le sais.
Merci d'avoir rédigé ce texte ;)
Tu n'aurais pas dû hésiter mais je devine ta grande part de pudeur angesurnuage

Bisous

Rose ***
Merci Rose,
Je pense que j'effacerai dans quelques jours....dormir596841
 
J'aime: o

CLARI

Maître poète
Inscrit
27 Octobre 2018
Messages
6,308
J'aime
12,812
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#10
Le temps de la jeunesse, les belles frasques faites de connivence..
Les bancs de l'école et du lycée usés ensemble.
La vie nous sépare et les retrouvailles sont formidables, presque comme avant !

J'adore cette poésie pleine de nostalgie.

Merci du partage cher Sim !
J'M
 

Gabrielle

Grand poète
Inscrit
18 Août 2018
Messages
2,185
J'aime
3,817
Points
173
Localité
Bretagne 22
Je suis
Une femme
Hors ligne
#16
On s’est connus et puis on s’est perdu de vue ;
Souvent en bande, on festoyait, on s’appelait
Quand tombait la neige, quand chantaient les muguets.
Soudain surgit ce passé d’une photo vue ;
par réminiscence l’âme candide fut
mise à nu ; il était des repas arrosés,
on refit le monde, on avait plein de projets,
sûres de notre foi et de notre candeur.


T’en souviens-tu, ami ? De la belle Huguette ;
avec ses yeux de biche et son corps de déesse,
notre cœur éprit, notre corps fuyant la messe
et faisant le mur, on partit à bicyclette
tôt un bon matin, sang en ébullition,
snobant les fleurs des champs, tu fonças bile en tête,
maudissant mon vélo, jaloux de ta conquête,
je rentrai bredouille, excédé d’émotions.


T’en souviens-tu, ami ? De la virée épique ;
en porche un mot d’excuse de maman souffrante
forte comme lionne crut la prof absente
nous donna la clé de la bagnole mythique,
sous un beau soleil de juin, nous prîmes la treize
direction Deauville, nos corps blanc d’athlètes
exhibés au soleil, moqués par les starlettes.
On rentra penaud sans se manier la fraise,
gais mais pressentir la punition logique.


Adieu lycée et bonjour le monde réel ;
bac, fac et notre pacte devint surréel,
sur place des grands hommes, rendez-vous manqué.


Devenus parents, suivre chemins différents,
et on oublia de se souhaiter nos vœux,
la seine coule paisible sous Notre Dame.


Un jour par nostalgie, en absence des dames,
tu es venu, on bavardait et en tes yeux
Je vois qu’on demeure ami, presque comme avant.


Simlecteur janvier/2010

une bien belle histoire qu'il serait dommage d'effacer
merci du partage
@micalement
 

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
4,647
J'aime
6,323
Points
248
Je suis
Un homme
En ligne
#17
J'avais loupé ce Monument de poésie!!!!

A mon sens.....c'est l'un de tes bests!!!!

et crû 2010......excellent!!!!!

bravo camarade

comme t'as pu sans doute le voir....je suis beaucoup moins Motivé!!!!


amitiés

RP
Tu seras quand le printemps arrive dans moins de 2 mois...c'est la saison de démotivation....LOL
Merci camarade pour ton commentaire amical et chaleureux.
Bonne semaine.
 

Anniversaires du jour

Haut