• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !
Image cliquable Image Cadeau Fête des Mères

Poème De Blanche Neige, enfin, on découvre l’histoire.

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
2,797
J'aime
5,416
Points
173
Age
84
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
De Blanche Neige, enfin, on découvre l’histoire.


Les contes bien souvent cachent la vérité
Nul ne vient vérifier leur authenticité.
« Il était une fois » suffit pour que l’on pense
Que de tout contrôler le lecteur se dispense.
Ainsi de Blanche Neige le récit véritable
Ne fut pas révélé car il est peu aimable.

Tout va jusqu’au moment où quittant la verdure
La belle vit des nains à plaisante figure
Qui dirent venez donc souper à la maison
Vous réchauffer un peu car fraîche est la saison
La nuit allait tomber et bien sûr la gamine
Suivi les sept minus jusque dans leur chaumine.

Repue, désaltérée blanche neige dormit
Avec ses deux petons qui dépassaient du lit
Or les nains très galants lui furent sympathiques
Bien qu’elle fut préposée aux travaux domestiques
Elle était respectée et prenait du repos
Sur un lit que les nains taillèrent dans du bouleau.

Mais le démon des corps ne dormait que d’un œil
Et les nains susceptibles d’un sensuel accueil
Dirent à la douce fille en cas d’envie soudaine
Nous pourrions vous offrir notre chaleur humaine
Car tout n’est pas chez nous de petite nature
Et nos divers talents n’ignorent pas la luxure.

Blanche Neige septique mais assez curieuse
Testa Prof qui lui fit la nuit délicieuse
Atchoum la nuit d’après lui parut fort plaisant
Puis Timide et Joyeux furent autant complaisants
Simplet malgré son nom se montra très habile
Grincheux sans ronchonner se révéla agile.

Dormeur plus compliqué ronfla un long moment
Puis enfin disposé œuvra fort galamment.
Blanche Neige n’ayant que quelques rudiments
Prit vite l’habitude de ces enchantements
Et comme il lui fallait de nocturnes vaillances
Elle fut dispensée des simples intendances

Car peu à peu les nains prenant goût à la chose
Venait tous chaque nuit offrir l’apothéose
Et la prestation sept fois répétée
Fatiguaient Blanche Neige à l’envie enchantée
Il est vrai que dimanche respectant son repos
Un calme souverain s’imposait aux nabots.

Et le jour du seigneur n’allant pas à la messe
La belle leur narrait ses malheurs de jeunesse
Les nains vinrent à haïr cette reine homicide
Ourdissant la vengeance habile et régicide
Ils étaient bricoleurs, savaient que la mégère
De divers artifices étaient grande usagère.

Ils firent avec adresse un beau godemichet
Un artistique objet loin du colifichet
Qui fut motorisé de façon si charmante
Que son usage était une drogue plaisante
Et le firent parvenir à la reine vorace
Qui le mit sans tarder en sa gourmande place.

Après s’être donné du bonheur convulsif
Elle voulut calmer cet objet excessif
Mais les nains inventifs avaient réglé la chose
Pour qu’elle se dilata et sans arrêt s’impose
La reine dévastée en mourut hors d’usage :
Vengeance tôt ou tard exerce ses ravages

Tout était pour le mieux et pour que Blanche Neige
Se repose le jour, du nocturne manège
On embaucha un aide habile autant qu’actif
Dont le salaire était vraiment incitatif.
Il s’appelait Ali, il était délicat
De sa paye élevé il en resta baba.

Et d’un pays lointain étant originaire
il prêta aux sept nains un guide peu ordinaire
Qui tout en dessinant les idées les postures
Enseignait les façons de combler les natures
Mêlant tous les désirs en un large fatras
Il illustra pour eux le grand Kama-Sûtra

Les nains étant mineurs offraient des pierreries
À Blanche Neige gardant leurs riches féeries
À la caisse d’épargne elle eut vite un magot
Qui pris à bout de bras collait un lumbago.
En fait le nanisme en partie limité
Employé nuitamment devint prospérité.

Blanche neige un beau jour allant aux champignons
Rencontra une jeune homme qui avait du pognon
Et se dit il est beau pour me changer des nains
Voyons comment il fait le bonheur féminin
Et la concupiscence étant dans une urgence
Ils s’entrecoquinèrent sans la moindre décence.

Hélas il était seul et ayant bien servi
Le désir féminin fut à peine ravi
Car sept fois la nuit par les nains honorée
La belle se trouva bien trop peu adorée
Avec la performance de son nouvel amant
Qui après quatre assauts terminait en dormant.

Et c’est ainsi, hélas, qu’avant tout mariage
Blanche Neige divorça sans se mettre en ménage.
Les nains congestionnés par son soudain départ
Reprirent l’habitude de leurs tendres égards
Payant en pierres exquises les nocturnes passages
Où la dame jamais ne put manquer d’hommages.

On dit mais est-ce vrai qu’à la place Vendôme
Avec elle un jouailler voulut faire un binôme
Blanche Neige des bijoux devenant fanatique
Accepta de l’hymen la bague tyrannique ,
Mais faisant chambre à part elle recevait la nuit
Des voisins pas très grands lui évitant l’ennui

Et vivant des cailloux fruits d’une belle mine
Les nains en doux voisins visitait la gamine
Ils vécurent à Paris retraités mais actifs
Compensant les époux, aux étreintes, rétifs
Car le jour n’ayant rien de séduisant à faire
Ils cherchaient les gourmandes aimant se satisfaire.

Or les nain vieillissants plus avares de caresses
Eurent avec Blanche Neige moins fréquentes ivresses
Et lorsque la vigueur ne suivait leurs désir
Ils apprirent des langues traduisant des plaisirs
Il faut dit le proverbe avec ce que l’on a
enchanter comme on peut sans causer de tracas.

Moralité

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affron
Quand la vigueur se repose
Il faut changer de façon.

Et l’histoire est variable
Selon l’humour de l’auteur
Qui dilue en restant affable
Une sottise en longueur.













 

Victoria5983

Grand poète
Inscrit
25 Mars 2019
Messages
2,007
J'aime
4,142
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#2
De Blanche Neige, enfin, on découvre l’histoire.


Les contes bien souvent cachent la vérité
Nul ne vient vérifier leur authenticité.
« Il était une fois » suffit pour que l’on pense
Que de tout contrôler le lecteur se dispense.
Ainsi de Blanche Neige le récit véritable
Ne fut pas révélé car il est peu aimable.


Tout va jusqu’au moment où quittant la verdure
La belle vit des nains à plaisante figure
Qui dirent venez donc souper à la maison
Vous réchauffer un peu car fraîche est la saison
La nuit allait tomber et bien sûr la gamine
Suivi les sept minus jusque dans leur chaumine.


Repue, désaltérée blanche neige dormit
Avec ses deux petons qui dépassaient du lit
Or les nains très galants lui furent sympathiques
Bien qu’elle fut préposée aux travaux domestiques
Elle était respectée et prenait du repos
Sur un lit que les nains taillèrent dans du bouleau.


Mais le démon des corps ne dormait que d’un œil
Et les nains susceptibles d’un sensuel accueil
Dirent à la douce fille en cas d’envie soudaine
Nous pourrions vous offrir notre chaleur humaine
Car tout n’est pas chez nous de petite nature
Et nos divers talents n’ignorent pas la luxure.


Blanche Neige septique mais assez curieuse
Testa Prof qui lui fit la nuit délicieuse
Atchoum la nuit d’après lui parut fort plaisant
Puis Timide et Joyeux furent autant complaisants
Simplet malgré son nom se montra très habile
Grincheux sans ronchonner se révéla agile.


Dormeur plus compliqué ronfla un long moment
Puis enfin disposé œuvra fort galamment.
Blanche Neige n’ayant que quelques rudiments
Prit vite l’habitude de ces enchantements
Et comme il lui fallait de nocturnes vaillances
Elle fut dispensée des simples intendances


Car peu à peu les nains prenant goût à la chose
Venait tous chaque nuit offrir l’apothéose
Et la prestation sept fois répétée
Fatiguaient Blanche Neige à l’envie enchantée
Il est vrai que dimanche respectant son repos
Un calme souverain s’imposait aux nabots.


Et le jour du seigneur n’allant pas à la messe
La belle leur narrait ses malheurs de jeunesse
Les nains vinrent à haïr cette reine homicide
Ourdissant la vengeance habile et régicide
Ils étaient bricoleurs, savaient que la mégère
De divers artifices étaient grande usagère.


Ils firent avec adresse un beau godemichet
Un artistique objet loin du colifichet
Qui fut motorisé de façon si charmante
Que son usage était une drogue plaisante
Et le firent parvenir à la reine vorace
Qui le mit sans tarder en sa gourmande place.


Après s’être donné du bonheur convulsif
Elle voulut calmer cet objet excessif
Mais les nains inventifs avaient réglé la chose
Pour qu’elle se dilata et sans arrêt s’impose
La reine dévastée en mourut hors d’usage :
Vengeance tôt ou tard exerce ses ravages


Tout était pour le mieux et pour que Blanche Neige
Se repose le jour, du nocturne manège
On embaucha un aide habile autant qu’actif
Dont le salaire était vraiment incitatif.
Il s’appelait Ali, il était délicat
De sa paye élevé il en resta baba.


Et d’un pays lointain étant originaire
il prêta aux sept nains un guide peu ordinaire
Qui tout en dessinant les idées les postures
Enseignait les façons de combler les natures
Mêlant tous les désirs en un large fatras
Il illustra pour eux le grand Kama-Sûtra


Les nains étant mineurs offraient des pierreries
À Blanche Neige gardant leurs riches féeries
À la caisse d’épargne elle eut vite un magot
Qui pris à bout de bras collait un lumbago.
En fait le nanisme en partie limité
Employé nuitamment devint prospérité.


Blanche neige un beau jour allant aux champignons
Rencontra une jeune homme qui avait du pognon
Et se dit il est beau pour me changer des nains
Voyons comment il fait le bonheur féminin
Et la concupiscence étant dans une urgence
Ils s’entrecoquinèrent sans la moindre décence.


Hélas il était seul et ayant bien servi
Le désir féminin fut à peine ravi
Car sept fois la nuit par les nains honorée
La belle se trouva bien trop peu adorée
Avec la performance de son nouvel amant
Qui après quatre assauts terminait en dormant.


Et c’est ainsi, hélas, qu’avant tout mariage
Blanche Neige divorça sans se mettre en ménage.
Les nains congestionnés par son soudain départ
Reprirent l’habitude de leurs tendres égards
Payant en pierres exquises les nocturnes passages
Où la dame jamais ne put manquer d’hommages.


On dit mais est-ce vrai qu’à la place Vendôme
Avec elle un jouailler voulut faire un binôme
Blanche Neige des bijoux devenant fanatique
Accepta de l’hymen la bague tyrannique ,
Mais faisant chambre à part elle recevait la nuit
Des voisins pas très grands lui évitant l’ennui


Et vivant des cailloux fruits d’une belle mine
Les nains en doux voisins visitait la gamine
Ils vécurent à Paris retraités mais actifs
Compensant les époux, aux étreintes, rétifs
Car le jour n’ayant rien de séduisant à faire
Ils cherchaient les gourmandes aimant se satisfaire.


Or les nain vieillissants plus avares de caresses
Eurent avec Blanche Neige moins fréquentes ivresses
Et lorsque la vigueur ne suivait leurs désir
Ils apprirent des langues traduisant des plaisirs
Il faut dit le proverbe avec ce que l’on a
enchanter comme on peut sans causer de tracas.


Moralité

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affron
Quand la vigueur se repose
Il faut changer de façon.


Et l’histoire est variable
Selon l’humour de l’auteur
Qui dilue en restant affable
Une sottise en longueur.
ouah ! MDR..comme disent les jeunes J'adore ! ...mais celui là est interdit aux moins de .....hum finalement

de nos jours à qui interdire ce genre de lecture
sans susciter chez eux quelques mésaventures.....
qui a écrit cela ?
sI c'est toi chapeau bas.....Vic
 

marinette

Grand poète
Inscrit
29 Octobre 2018
Messages
1,952
J'aime
3,570
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#3
Et bien, j'en ai appris des choses ! Moi qui croyait aux jolis contes de fées.
Je découvre une Blanche Neige, bien dégourdie LOL

Bravo ! Belle lecture

Bon fin d'après-midi
1554551926799.png
 

Moïse Wolff

Modérateur
Membre du personnel
Inscrit
29 Octobre 2018
Messages
8,882
J'aime
15,975
Points
450
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Le printemps est bien là "Peniculo"
Une plume habile pour décrire ce conte revu et corrigé de la douce et belle SchneeweiBchen !


Moïse
 
Dernière édition:

Salomé

Poète confirmé
Inscrit
3 Avril 2019
Messages
52
J'aime
84
Points
18
Je suis
Une femme
Hors ligne
#5
Bonjour Peniculo. Un conte brillamment détourné pour mon plus grand ravissement. Des vers exquis, un rythme entrainant je m’en vais le relire. Amicalement Salomé.
 

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
2,797
J'aime
5,416
Points
173
Age
84
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Ah vous êtes bien bons d'aimer ma Blanche Neige
ma sottise sur ce conte osa quelques arpèges
et puis il faut bien rire et distraire si l'on plait
c'est le propre de l'homme comme disait Rabelais.

Bonne soirée..

 

Membres en ligne

Aucun membre en ligne actuellement.

Anniversaires du jour

Haut