• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !
Image cliquable Image Cadeau Fête des Mères

Nouvelle En parlant un peu du sonnet (suite 3)

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
2,763
J'aime
5,408
Points
173
Age
84
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
8

AUTRE SONNET IRREGULIER

Tout sonnet au schéma des rimes, autre que français ou marotique, est dit sonnet irrégulier ou pseudo sonnet.

Angoisse. S. Mallarmé (1842-1898)

Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête
En qui vont les péchés d'un peuple, ni creuser
Dans tes cheveux impurs une triste tempête
Sous l'incurable ennui que verse mon baiser :

Je demande à ton lit le lourd sommeil sans songes
Planant sous les rideaux inconnus du remords,
Et que tu peux goûter après tes noirs mensonges,
Toi qui sur le néant en sais plus que les morts.

Car le Vice, rongeant ma native noblesse
M'a comme toi marqué de sa stérilité,
Mais tandis que ton sein de pierre est habité

Par un cœur que la dent d'aucun crime ne blesse,
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul,
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Les 2 quatrains ne sont pas identiques (sur 2 rimes) mais bâtis sur 4 rimes ABAB/CDCD

Le sizain a été transformé en 1 quatrain + 1 distique EFF/EGG = EFFE/GG

AUTRES TYPES DE SONNETS IRREGULIERS

1- le sonnet hétérométrique

Le chat. Charles Baudelaire (1821-1867)

I
Dans ma cervelle se promène
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret ;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Cette voix, qui perle et qui filtre
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases ;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a pas besoin de mots.
9
Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon cœur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux !

II
De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même
Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Vers en 10 et 8 syllabes, selon le schéma :

A10b8A10b8//C10d8C10d8//E10f8E10/f8G10g8


2- Le sonnet layé

Les vers courts sont les deuxièmes et quatrièmes des quatrains et le troisième de chaque tercet ?

Rêvé pour l’hiver. A. Rimbaud (1854-1891)

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée...
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou...

10
Et tu me diras : " Cherche ! " en inclinant la tête,
- Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
- Qui voyage beaucoup...

A12b6A12b6//A12b8A12b8 / / C12C12d6//E12E12d6.

3- Le sonnet à rebours.

Ou inversé : les deux tercets d’abord, les deux quatrains ensuite. (Ce sonnet est dit aussi à l’italienne).

Sappho P. Verlaine (1844-1896)



Furieuse, les yeux caves et les seins roides,
Sappho, que la langueur de son désir irrite,
Comme une louve court le long des grèves froides,

Elle songe à Phaon, oublieuse du Rite,
Et, voyant à ce point ses larmes dédaignées,
Arrache ses cheveux immenses par poignées ;

Puis elle évoque, en des remords sans accalmies,
Ces temps où rayonnait, pure, la jeune gloire
De ses amours chantés en vers que la mémoire
De l'âme va redire aux vierges endormies :

Et voilà qu'elle abat ses paupières blêmies
Et saute dans la mer où l'appelle la Moire,
Tandis qu'au ciel éclate, incendiant l'eau noire,
La pâle Séléné qui venge les Amies.

3+3+4+4 selon le schéma : ABA//BCC//DEED//DEED

4- Le sonnet polaire.

Les deux tercets entre les deux quatrains > 4+3+3+4

L’avertisseur. Ch. Baudelaire (1821-1867)

Tout homme digne de ce nom
A dans le cœur un Serpent jaune,
Installé comme sur un trône,
Qui, s'il dit : " Je veux ! " répond : " Non ! "

Plonge tes yeux dans les yeux fixes
Des Satyresses ou des Nixes,
La Dent dit : " Pense à ton devoir ! "

Fais des enfants, plante des arbres,
Polis des vers, sculpte des marbres,
La Dent dit : " Vivras-tu ce soir ? "


11

Quoi qu'il ébauche ou qu'il espère,
L'homme ne vit pas un moment
Sans subir l'avertissement
De l'insupportable Vipère.

Schema ABAB//CCD/EED//FGFG.

5- Le sonnet alterné.

Alternance des quatrains et des tercets > (4+3+4+3) ou (3+4+3+4) cette deuxième formule est presque abandonnée, vu que la rime solitaire du premier tercet attend longtemps sa réponse.

Fera-t-il beau demain ? Annie X (2012)

Les voyez-vous valser ces notes d'hirondelles
Sur la partition d'un ciel en mouvement ?
Des nuages fripons souvent se moquent d'elles
En lâchant bien trop tôt leur froid bouillonnement.

Pourquoi priver d'amour, futures muscadelles ?
Râ ne veut-il donc plus des brillantes chandelles
Que tiennent ses rayons habituellement ?

Si la mode est au gris, la Nature bien verte
Préfère pour ses fleurs le parme ou le carmin ;
Va-t-elle s'enivrer toujours la gueule ouverte
A force d'éponger le lys et le jasmin ?

Que la tiédeur enfin dépose sa couverte
Permettant au regard l'heureuse découverte
D'une rose en bouton qui sourira demain !

6- Le sonnet quinzain.

4+4+3+3+1 ( le vers adjoint au 14 est, typographiquement isolé, et rime avec l’un des vers du second tercet.

Les larmes d'Annie Domi X (2013)

Les larmes d'une amie ont coulé sur la toile,
Et des vers ont fleuri du lancinant chagrin
Dont, craignant de lasser, trop pudique marin,
Elle hissait la sombre et lumineuse voile...

Son cœur, au fer rougi, réclame cette étoile
À jamais enfermée en son funeste écrin,
Et dont elle cherchait l'horizon plus serein
Dans une poésie où l'amour se dévoile...

Qui connait, de la fleur, les intimes tourments,
Dont l'âme qui s'endort a besoin de rosée
Pour emperler d'espoir ses prochains firmaments?

12

De même la tendresse, à sa source, brisée,
Sur les pétales-mots, frise de diamants
Les pages du poète où, métamorphosée,

En Beauté rejaillit la douleur déposée...

7- Le sonnet seizain.

Se construit sur deux rimes supplémentaires et se présente ainsi : 1+4+4+3+3+1( deux vers isolés, l’un au début l’autre à la fin) selon la formule (a///abba/caac//dde/a’ea’///a

Les deux vers adjoints peuvent être un seul et même vers, répété à la fin comme un refrain

J’ai cueilli des étoiles au firmament. (X 2012)

J’ai cueilli des étoiles au firmament.

Pour dans tes yeux sertir de diamant
Tes pleurs cristal, brouillard sur ta prunelle,
Illuminer ton regard désarmant,
Y voir danser la flamme passionnelle.

D’un cirrus satin, pour un nid charmant,
J’ai posé la douceur au crépuscule
D’un jour nouveau, pour qu’il te fût clément,
Afin que ta douleur au loin recule

Mes mains ont caressé ton cœur chagrin,
Ma voix a fredonné comme un refrain
De tendres mots, et je t’ai vu sourire !

Sur ton front soucieux, mon cher amant,
Et dans tes yeux, il me faut récrire
La paix et briser ce cercle infamant.

J’ai cueilli des étoiles au firmament.
8- Le sonnet estrambot
Il comprend 17 vers = deux quatrains et trois tercet > 4+4+3+3+3



Quand j'étais Marquise des Anges ! Annie (2013)

Je regrette le temps de la belle Angélique,
Anne et Serge Golon terminaient leur roman,
Je me précipitais acheter la réplique
D'un ouvrage magique où vivait mon amant !


J'y retrouvais alors un monde famélique
Qui me nommait Marquise, adoptant mon tourment
Pour vivre l'impensable et le diabolique,
Où le moindre des gueux côtoyait l'infamant...

à suivre...

 
Haut