• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Il errait

Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
9,089
J'aime
9,306
Points
183
Age
73
Localité
Grenoble
Je suis
Une femme
En ligne
#1
Il errait au doux chant des cigales
Seul, perdu dans ses sombres pensées
Oubliant un moment sa fringale
Pour rêver que de jolis baisers

Déprimé, harassé de fatigue
Ses pauvres vêtements en lambeaux
Pour tout repas une seule figue
Sale, à faire peur aux étourneaux

Il s'allongea enfin sous un chêne
Et s'endormit d'un très lourd sommeil
Où de multiples rêves sans haine
Le poussèrent au lever du soleil

Reprenant sa marche solitaire
Sous un lourd ciel devenu de plomb
A la recherche d'une chaumière
Où se laver ; pauvre moribond
 

D.Isabelle

Maître poète
Inscrit
6 Septembre 2018
Messages
4,116
J'aime
6,353
Points
183
Localité
Haut de France
Je suis
Une femme
Hors ligne
#4
Il errait au doux chant des cigales
Seul, perdu dans ses sombres pensées
Oubliant un moment sa fringale
Pour rêver que de jolis baisers


Déprimé, harassé de fatigue
Ses pauvres vêtements en lambeaux
Pour tout repas une seule figue
Sale, à faire peur aux étourneaux


Il s'allongea enfin sous un chêne
Et s'endormit d'un très lourd sommeil
Où de multiples rêves sans haine
Le poussèrent au lever du soleil


Reprenant sa marche solitaire
Sous un lourd ciel devenu de plomb
A la recherche d'une chaumière
Où se laver ; pauvre moribond

Très beau poème Gaby _ tellement émouvant, on vit l'histoire! Bravo
Douce journée
Gros bisousss
Isabelle
850.jpg
 

sourire

Poète confirmé
Inscrit
10 Mai 2020
Messages
45
J'aime
41
Points
18
Localité
Québec, Canada
Je suis
Une femme
Hors ligne
#12
Il errait au doux chant des cigales
Seul, perdu dans ses sombres pensées
Oubliant un moment sa fringale
Pour rêver que de jolis baisers


Déprimé, harassé de fatigue
Ses pauvres vêtements en lambeaux
Pour tout repas une seule figue
Sale, à faire peur aux étourneaux


Il s'allongea enfin sous un chêne
Et s'endormit d'un très lourd sommeil
Où de multiples rêves sans haine
Le poussèrent au lever du soleil


Reprenant sa marche solitaire
Sous un lourd ciel devenu de plomb
A la recherche d'une chaumière
Où se laver ; pauvre moribond

Des mots qui se déguisent en maux..... vos mots m'ont accompagnés tout le long de cette promenade, promenade où la misère est présente partout. Merci pour ce partage, je reviendrai errer sur vos pages
 
Haut