• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Le Chant des Chimères (2/2)

Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Ô Chants des Chimères, Cantiques de mes Certitudes... ô l’insouciance, puisque je la reconnais ! les circonvolutions sacrées de mes envoûtements pour les traits de cette femme, le sacre dans l’orbe de sa fleur limpide si précisément inespérée.
Ode au somptueux rouge de mon extase devant elle ! Est-elle réelle la femme qui m’invite à la rêver si librement? Ô tous ces chemins entrelacées qui s’amusent à nous appartenir, et c’est mon cœur de tout de suite que je lui offre dans le labyrinthe de mes silencieuses envies d’elle.

Irrépressible joyaux, irrésistible sacre se dessinant, pourpre sur sa silhouette... et mes doigts se réclament d’un autre univers où pouvoir la caresser, et mon hypnose s’affranchit vers l’Ailleurs de mon ivresse lascive où mes fantasmes sont souverains et fiers, et mes gestes des empires moins timides, où ma passion est la divinité que je m’octroi, pour infiniment mourir et renaître en étreignant son corps, perdre mon souffle perdu dans sa chevelure, écrire sur sa peau le parfum félin qu’elle abandonne à ma douce fureur ; tracer comme un symbole incantatoire, une kabbale sur son émoi, l’amaryllis naissante qui vient orner sa poitrine, ces arabesques ardentes que je vois si proche de toucher son cœur et que je viens couvrir de baiser pour en attiser le feu. Propageant mes soupirs aux chants des siens, toujours plus soupirants, son toucher fusionnel vacille sur moi entre élégance, tremblante et sacrée, et folie à laquelle elle pourrait se vouer éperdument. Dans mes bras je la vois me faire renoncer à d’innombrables serments, et dans ses bras je vacille avec elle de ces plaisirs inattendus...et peut-être que je ne sais pas si la flamme bleue dans ses yeux redoute d’être fragile.
Et mes doigts soudain redevenant ceux des hommes, trahissent ces tendresses que mes songes lui prodigue, et je dissimule en tremblements cette incandescence que la contemplation d’elle m’inflige de toutes ses splendeurs, ô sublime, implacable chant du Phénix et du refrain/réfréné de ses désirs.

*

Cette Nuit dans mon jardin, j’ai vu, au loin, les yeux d’une Egypte heureuse, disséminer tout au long de ses rivages, des myriades de messages en partance pour Ailleurs, des navires appareillant pour le Large du désert, emportant les papyrus éprouvés par ces scribes que l’on ne saurait lire, s’encourageant des psalmodies récitées pour le Vent, et des prières bâties comme des pyramides à demi immergés, voiles visibles depuis tous les Lointains.

Cette Nuit dans mon jardin, j’ai vu, au-delà du désert, une cité à l’antique faste et nombreuse, insaisissables comme des tours d'oracles bleus... une cité laissant dormir ses immortelles dans des sanctuaires, suspendues aux présages de plusieurs dieux ; j’y ai vu l’Eau permanente de luxuriantes jeunesses, et une promenade pour elle, rafraîchie à l’ombre de ces arbres, émerveillée de ces fleurs à qui l’on a fait traverser le désert, pour lui rappeler la Joie.

Cette Nuit dans mon jardin, j’ai vu sa fabuleuse statue prendre vie ! J’ai senti frémir son corps d’un ivoire plus réel, et perçu ses cheveux onduler d’un or plus fascinant, et moi, devenu Lion ardent, je suis allé pour elle chercher des soleils à dévorer, et j’en suis revenu avec la fleur des Nymphes pour nous nourrir.
J’ai déposé dans ses mains ma chaude clarté pour conjurer les soupirs de la Lune, et de ma voix, insufflé à ses astres l’envie charnelle de rejoindre mes bras pour s’y retrouver femme, m’y retrouver homme, rendus tous deux à la couronne sensible de nos propres corps... parcourir ensemble nos chemins de tendresse et y semer de nos mains les éclairs qui germerons entre là où se lèvent les soleils et l’endroit où ils meurent.

Cette Nuit dans mon jardin, j’ai vu des colosses s’effondrer et des hydres élire domicile dans des amphithéâtres... et tes doigts me rappelaient trop de voix en ces lieux pour que je ne vienne pas y apposer ma tête, et tes doigts parlaient si bien ces reliefs prononcés d’aucune langue, pour que je ne vienne pas te faire lire d’une caresse les Légendes, les Amours, les Aventures, cette Mythologie où se terre ma Mémoire, et d’une larme comme prisme j’ai projeté pour toi dans le ciel, ces constellations auxquelles je rêve, ces rêves que j’ai vécu, ces vies que j’ai vu et celles que j’ai perdu en les ayant existé .

Cette Nuit dans mon jardin, j’ai vu s’achever des mausolées pour ma tristesse, et pousser la Fleur de ton Feu depuis les cendres confidentielles de ton souvenir. Cette Nuit je rêvais éveillé, sincère perception hallucinée, de chants entremêlés rouges et bleus comme des rubans, de chats complices qui s’éloignent sous l'égide souriante d’une ville amoureuse, je rêvais de charmes enveloppants et de souffles qui se libèrent, et l’Aube entre nous, qui est l'origine des merveilles, et la Raison pour laquelle je te veux désormais...

2016 (protégé par droits d'auteur)
 
Dernière édition:
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Ah? Mon premier j'aime du Super-Modérateur... Intéressant... Il suffisait d'envoyer un poème un peu plus "hot" apparemment... ;)
 
Dernière édition:

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
Superbe prose, vraiment. On dirait que les mots coulent tout seul, c'est une chance à savoir et oser exprimer son soi si librement.
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#7
C'est vraiment beau.. Moi qui n'aime pas la prose, je pourrais en lire un livre entier écrit comme ça.. Bravo !
Bingo! C'est exactement ce à quoi je m'échine depuis 3 ans: un roman poétique... Après je rame un peu (beaucoup) sur la façon d'unifier ces textes entre eux... et j'ai un peu trouille de passer trop de temps à peaufiner une oeuvre que personne ne liras, pour la simple raison qu'elle a toutes les chances d'être très indigeste... ;)
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#8
Superbe prose, vraiment. On dirait que les mots coulent tout seul, c'est une chance à savoir et oser exprimer son soi si librement.
On dirais que ça coule tout seul, n'est ce pas? ^^* Nan ça coule pas tout seul du tout, il m'a fallu des semaines de ténacité à écrire une ou deux phrases par jour, le temps de faire le ménage dans ma tête. Pour moi l'écriture c'est 90% de temps à parler à mes fantômes et le reste à écrire vraiment. J'ai écrit celui ci un an après avoir réellement commencé ce projet, il fut pondu en 5 jours intensifs, mais j'étais amoureux... Aujourd'hui je constate les progrès... mais diable il a vraiment fallu que je m'aveugle pour y croire...
 

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#9
Oui, il t'a fallu y travailler, ce qui donne cette impression que tu y es très à l'aise désormais. C'est peut être ce qui me manque, du courage pour y travailler.
 

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#10
Bingo! C'est exactement ce à quoi je m'échine depuis 3 ans: un roman poétique... Après je rame un peu (beaucoup) sur la façon d'unifier ces textes entre eux... et j'ai un peu trouille de passer trop de temps à peaufiner une oeuvre que personne ne liras, pour la simple raison qu'elle a toutes les chances d'être très indigeste... ;)
pourquoi les unifier, tu pourrais les présenter tel un journal, enfin c'est ce que je me dis, tel Kerouac
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#11
Oui, il t'a fallu y travailler, ce qui donne cette impression que tu y es très à l'aise désormais. C'est peut être ce qui me manque, du courage pour y travailler.
du Temps (beaucoup) et le moins de responsabilités possible, s'extraire du monde. Et le courage c'est pour tenir tête aux gens qui te prennent au mieux pour un fou, au pire pour un paumé... J'crois que j'ai blessé pas mal de gens à être comme ça emmêlassé dans mes introspections mais bon, aujourd'hui je rattrape les dégâts sur ma vie sociale
 

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#12
Un passage obligé pour l'introspection pour le non à sombrer mais pas toujours compris il est vrai. Moi aussi, je recommence à sortir de ma tanière.
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#13
pourquoi les unifier, tu pourrais les présenter tel un journal, enfin c'est ce que je me dis, tel Kerouac
J'avais une idée à la base, d'une évolution de l'Oeuvre au Noir vers le Soleil et la Pierre caché (VITRIOL)... Un cheminement visant à guérir une âme pétrifiée... vaste projet... genre manuel poétique pour aller promener sa tristesse jusqu'à la trouver belle... ;)
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#14
Un passage obligé pour l'introspection pour le non à sombrer mais pas toujours compris il est vrai. Moi aussi, je recommence à sortir de ma tanière.
Ca fait plaisir à entendre, le monde te mérite/ tu mérites le monde, vas donc rêver et faire rêver à nouveau... "Le Vent se lève, il faut tenter de vivre"
 

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#19
:) Oui c'est tout à fait cela et son mélange social hétéroclite, une belle étoile tout aussi.
 

Membres en ligne

Haut