• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !
  • Merci de ne pas publier plus de 5 poèmes par jour.

Poème LE CRI

WillyA2

Grand poète
Inscrit
12 Septembre 2018
Messages
255
J'aime
490
Points
68
Age
57
Localité
CORSE
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
LE CRI

Un jour maudit de ma vie
J’ai proféré un grand cri,
Violence d’une douleur,
Une blessure du cœur.

Un cri de bête sauvage
Un hurlement de rage,
De tant de souffrance
Par plus d’espérance.

Je n’étais plus humain
Je n’avais plus de demain,
Il s’en était allé avec toi
En même temps que ma foi.

J’ai su que tout était fini
Tu n’avais plus de vie,
Ton dernier souffle parti
En t’emmenant loin d’ici.

Je n’étais alors plus rien
J’avais perdu mon chemin,
Alors j’ai hurlé plus fort
A en réveiller les morts.

Mais tu n’as pas bougé
Une enveloppe vide, figée,
Mon cri à déchiré mon âme
Tranchant comme une lame.

Je crie seul dans le noir
Tout ce que j’ai de désespoir,
Alors je pleure pour oublier,
Je pleure pour ne plus crier.

Willy

18034123_1868017010134858_6060128219842938155_n.jpg
 

Victoria5983

Grand poète
Inscrit
25 Mars 2019
Messages
1,303
J'aime
2,566
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#4
LE CRI

Un jour maudit de ma vie
J’ai proféré un grand cri,
Violence d’une douleur,
Une blessure du cœur.

Un cri de bête sauvage
Un hurlement de rage,
De tant de souffrance
Par plus d’espérance.

Je n’étais plus humain
Je n’avais plus de demain,
Il s’en était allé avec toi
En même temps que ma foi.

J’ai su que tout était fini
Tu n’avais plus de vie,
Ton dernier souffle parti
En t’emmenant loin d’ici.

Je n’étais alors plus rien
J’avais perdu mon chemin,
Alors j’ai hurlé plus fort
A en réveiller les morts.

Mais tu n’as pas bougé
Une enveloppe vide, figée,
Mon cri à déchiré mon âme
Tranchant comme une lame.

Je crie seul dans le noir
Tout ce que j’ai de désespoir,
Alors je pleure pour oublier,
Je pleure pour ne plus crier.

Willy

Voir la pièce jointe 12684
le cri de Munch en dit long aussi ......bouleversant ...je te comprends !.... 469668060_014.jpg
 

Storgé

Modérateur
Membre du personnel
Inscrit
23 Novembre 2018
Messages
1,684
J'aime
2,999
Points
123
Age
59
Localité
Perpignan
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Le cri le plus violent est celui des yeux....quand plus rien ne sort de notre bouche.....
Ta poésie est criante d'émotions profondément perdues...
Merci
 

astree84

Grand poète
Inscrit
4 Mars 2019
Messages
2,345
J'aime
4,729
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#8
LE CRI

Un jour maudit de ma vie
J’ai proféré un grand cri,
Violence d’une douleur,
Une blessure du cœur.

Un cri de bête sauvage
Un hurlement de rage,
De tant de souffrance
Par plus d’espérance.

Je n’étais plus humain
Je n’avais plus de demain,
Il s’en était allé avec toi
En même temps que ma foi.

J’ai su que tout était fini
Tu n’avais plus de vie,
Ton dernier souffle parti
En t’emmenant loin d’ici.

Je n’étais alors plus rien
J’avais perdu mon chemin,
Alors j’ai hurlé plus fort
A en réveiller les morts.

Mais tu n’as pas bougé
Une enveloppe vide, figée,
Mon cri à déchiré mon âme
Tranchant comme une lame.

Je crie seul dans le noir
Tout ce que j’ai de désespoir,
Alors je pleure pour oublier,
Je pleure pour ne plus crier.

Willy

Voir la pièce jointe 12684
Je vous comprends et compatis de tout coeur, Lorsque mon bien-aimé m'a quitté, que ses yeux se sont clos à jamais, j'aurais voulu crier, hurler, mais aucun son n'est sorti de ma gorge, j'ai senti mon coeur s'arrêter de battre, j'aurai voulu mourir et l'accompagner dans l'au-delà, ou le faire revenir, je tenais sa main dans la mienne, mais elle ne répondait plus à la pression de mes doigts, et , je me suis évanouie!
revenue à moi, j'ai hurlé ma douleur, j'en voulais à son oncologue, qui ne m'avait pas écouté , et a changé d'avis un an après, bien trop tard, j'en voulais au monde entier! Je comprends votre douleur, j'écris mon commentaire en essuyant mes larmes, ni ma souffrance, ni ma colère ne sont encore guéries et je pense ne guériront jamais! mais, la vie continue!
Emie
 

Sentimentale

Animatrice
Membre du personnel
Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
7,890
J'aime
8,064
Points
123
Age
72
Localité
Grenoble
Je suis
Une femme
En ligne
#9
Un départ est toujours une profonde douleur
Amicalement
Gaby
 

WillyA2

Grand poète
Inscrit
12 Septembre 2018
Messages
255
J'aime
490
Points
68
Age
57
Localité
CORSE
Je suis
Un homme
Hors ligne
#12
Je vous comprends et compatis de tout coeur, Lorsque mon bien-aimé m'a quitté, que ses yeux se sont clos à jamais, j'aurais voulu crier, hurler, mais aucun son n'est sorti de ma gorge, j'ai senti mon coeur s'arrêter de battre, j'aurai voulu mourir et l'accompagner dans l'au-delà, ou le faire revenir, je tenais sa main dans la mienne, mais elle ne répondait plus à la pression de mes doigts, et , je me suis évanouie!
revenue à moi, j'ai hurlé ma douleur, j'en voulais à son oncologue, qui ne m'avait pas écouté , et a changé d'avis un an après, bien trop tard, j'en voulais au monde entier! Je comprends votre douleur, j'écris mon commentaire en essuyant mes larmes, ni ma souffrance, ni ma colère ne sont encore guéries et je pense ne guériront jamais! mais, la vie continue!
Emie
Moi c'est mal fille qui est partie..... Et la douleur reste.
 

o

Maître poète
Inscrit
21 Juillet 2018
Messages
5,698
J'aime
5,754
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#15
Je te comprends, cher Willy

au décès de mon père qui n'avait que 43 ans et qui est mort devant moi. ( accident de voiture) dès qu'on m'a désincarcérée, j'ai hurlé, hurlé pour qu'il me réponde. Il n'a réussi qu'à dire, avec effort, trois mots que je n'oublierai jamais.
Et puis à l'hopital, je n'arrêtais pas de l'appeler. Je n'oublierai jamais, je le sais.
Et c'est pour ça, que je te comprends Willy.
Et je comprends Emie aussi.

Bien à toi

Rose émue *
 
Dernière édition:

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
3,512
J'aime
4,554
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#16
LE CRI

Un jour maudit de ma vie
J’ai proféré un grand cri,
Violence d’une douleur,
Une blessure du cœur.

Un cri de bête sauvage
Un hurlement de rage,
De tant de souffrance
Par plus d’espérance.

Je n’étais plus humain
Je n’avais plus de demain,
Il s’en était allé avec toi
En même temps que ma foi.

J’ai su que tout était fini
Tu n’avais plus de vie,
Ton dernier souffle parti
En t’emmenant loin d’ici.

Je n’étais alors plus rien
J’avais perdu mon chemin,
Alors j’ai hurlé plus fort
A en réveiller les morts.

Mais tu n’as pas bougé
Une enveloppe vide, figée,
Mon cri à déchiré mon âme
Tranchant comme une lame.

Je crie seul dans le noir
Tout ce que j’ai de désespoir,
Alors je pleure pour oublier,
Je pleure pour ne plus crier.

Willy

Voir la pièce jointe 12684
Quand le poète inspiré crie et torture ses vers pour atténuer ses pleurs.(y)et fait vibrer la vie.
 
Haut