• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !
Image cliquable Image Cadeau Fête des Mères

Poème L’ire acoustique

Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
2,753
J'aime
5,402
Points
173
Age
84
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
L’ire acoustique

Je suis un emmerdeur, j’aime bien la musique ;
C’est faux ! Je l’idolâtre elle m’est bénéfique,
Je l’associe à tout, à la joie à la peine,
Du divertissement elle est suprême reine.
Et en toute occasion il me faut quelques notes
Sans elles le jour est long et les heures pâlottes.
Mais là, je vais hurler, on afflige mes ouïes
De sons contemporains sans souci d’harmonies.

On oublie la rigueur, la portée n’est plus belle
On remplace Mozart par du boum boum poubelle
Et bien évidemment la "marketingnitude"
Porte le "KaKason" à la béatitude.
La musique se doit sans dépasser les rives
De réjouir en mesure les oreilles attentives
Sans suivre la cadence et sans l’accord des sons
On ne peut respecter le juste diapason

Il faut de l’harmonie dont la règle est sévère
Sans elle le conduit auditif s’exaspère.
Quand j’entends le boum boum de certain vacarmiste
J’en ai mal à la trompe, Eustache se désiste,
Quand pour un opéra télé calamité
Le chef personnalise d’un décor cartonné,
Une œuvre sacro-sainte, je m’en trouve irrité
J’écoute mon vieux disque et j’éteins la télé.

Vous pouvez maintenant tapant sur un bidon
Faire mieux que le vieux Faust avec sa damnation
Bach, Mozart, Vivaldi, sont pipis de belette
On peut faire des millions d’une seule chansonnette
Et la cacophonie est devenue festive
On fête la musique mais on la martyrise.
Quant aux chansons hélas où répétition
Montre du parolier l’imagination

On les oublie bien vite, elles sont sans maintien
Trenet, Piaf ou Brassens, au moins l’on s’en souvient.
Et même pour danser aux vieux accords plaisants
Succède un "remuku » de primates oscillants.
Il faut pour la musique, au moins pour l’harmonie,
Suivre quelques rigueurs, bannir la fantaisie,
Et empêcher les sots de gâcher des trésors.
Qu’ils grincent à loisir sans nous causer de tort

La flûte désenchantée a causé ma rancœur
Je vous l’avais bien dit je suis un emmerdeur.










 

Tango

Poète confirmé
Inscrit
27 Octobre 2021
Messages
148
J'aime
220
Points
118
Age
85
Localité
Au pied des volcans d'auvergne
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
L’ire acoustique

Je suis un emmerdeur, j’aime bien la musique ;
C’est faux ! Je l’idolâtre elle m’est bénéfique,
Je l’associe à tout, à la joie à la peine,
Du divertissement elle est suprême reine.
Et en toute occasion il me faut quelques notes
Sans elles le jour est long et les heures pâlottes.
Mais là, je vais hurler, on afflige mes ouïes
De sons contemporains sans souci d’harmonies.


On oublie la rigueur, la portée n’est plus belle
On remplace Mozart par du boum boum poubelle
Et bien évidemment la "marketingnitude"
Porte le "KaKason" à la béatitude.
La musique se doit sans dépasser les rives
De réjouir en mesure les oreilles attentives
Sans suivre la cadence et sans l’accord des sons
On ne peut respecter le juste diapason


Il faut de l’harmonie dont la règle est sévère
Sans elle le conduit auditif s’exaspère.
Quand j’entends le boum boum de certain vacarmiste
J’en ai mal à la trompe, Eustache se désiste,
Quand pour un opéra télé calamité
Le chef personnalise d’un décor cartonné,
Une œuvre sacro-sainte, je m’en trouve irrité
J’écoute mon vieux disque et j’éteins la télé.


Vous pouvez maintenant tapant sur un bidon
Faire mieux que le vieux Faust avec sa damnation
Bach, Mozart, Vivaldi, sont pipis de belette
On peut faire des millions d’une seule chansonnette
Et la cacophonie est devenue festive
On fête la musique mais on la martyrise.
Quant aux chansons hélas où répétition
Montre du parolier l’imagination


On les oublie bien vite, elles sont sans maintien
Trenet, Piaf ou Brassens, au moins l’on s’en souvient.
Et même pour danser aux vieux accords plaisants
Succède un "remuku » de primates oscillants.
Il faut pour la musique, au moins pour l’harmonie,
Suivre quelques rigueurs, bannir la fantaisie,
Et empêcher les sots de gâcher des trésors.
Qu’ils grincent à loisir sans nous causer de tort


La flûte désenchantée a causé ma rancœur
Je vous l’avais bien dit je suis un emmerdeur.











Serai-je moi aussi un emmerdeur
D'applaudir à deux mains ta poésie
Car le boum -boum me donne des vapeurs
L'oreille fermée au charivari !
 
Haut