• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème OVNI soit qui malice pense!

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,209
J'aime
2,279
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
OVNI soit qui malice pense!



Je vis un beau matin venant de l’infini
Un étrange martien sortant de son ovni
Il avait une bouille à vous rendre livide
La tronche spiralée façon hélicoïde

Deux tiges sur la tête avec des yeux au bout
Lui permettait sans doute de capter notre monde
Elles étaient terminées par une bosse ronde
Et donnaient l’impression de ne rien voir du tout

Il n’avait pas de pattes enfin je n’ai rien vu
Et il se déplaçait comme sur un coussin d’eau
Une base visqueuse lui servant de sabot
Muet ou bien discret je n’ai rien entendu.

J’essayais de toucher sa nature élastique
Il me parut collant légèrement poisseux
était-il adhésif ou était-il graisseux
Il était en tout cas assez antipathique.

Il allait me parler dans un beau face-à-face
Quand fatigué sans doute par excès de labeur
Je me mis à ronfler aussi bien qu’un sonneur
Dont l’ouïe obturée jamais ne se tracasse.


Je m’éveillais plus tard encore un peu malade
Ferdinand me disant tu dors depuis dix heures
j’ai du te ramasser enivré à faire peur
Dans le fond du jardin couché sur les salades

Je lui fis aussitôt le récit du martien
Qui était arrivé aux lueurs de l’aurore
Décrivant son engin sorte de météore
Et son œil spiralé qui regardait le mien.

Mon ami tu bois trop et tout ce que tu vis
Couché le ventre au sol dans un plan de salade
C’était un escargot qui pendant sa balade
Te prit pour un martien qui sentait l’eau de vie !
































 
Inscrit
3 Novembre 2020
Messages
245
J'aime
629
Points
98
Localité
Auriol
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
OVNI soit qui malice pense!



Je vis un beau matin venant de l’infini
Un étrange martien sortant de son ovni
Il avait une bouille à vous rendre livide
La tronche spiralée façon hélicoïde


Deux tiges sur la tête avec des yeux au bout
Lui permettait sans doute de capter notre monde
Elles étaient terminées par une bosse ronde
Et donnaient l’impression de ne rien voir du tout


Il n’avait pas de pattes enfin je n’ai rien vu
Et il se déplaçait comme sur un coussin d’eau
Une base visqueuse lui servant de sabot
Muet ou bien discret je n’ai rien entendu.


J’essayais de toucher sa nature élastique
Il me parut collant légèrement poisseux
était-il adhésif ou était-il graisseux
Il était en tout cas assez antipathique.


Il allait me parler dans un beau face-à-face
Quand fatigué sans doute par excès de labeur
Je me mis à ronfler aussi bien qu’un sonneur
Dont l’ouïe obturée jamais ne se tracasse.


Je m’éveillais plus tard encore un peu malade
Ferdinand me disant tu dors depuis dix heures
j’ai du te ramasser enivré à faire peur
Dans le fond du jardin couché sur les salades


Je lui fis aussitôt le récit du martien
Qui était arrivé aux lueurs de l’aurore
Décrivant son engin sorte de météore
Et son œil spiralé qui regardait le mien.


Mon ami tu bois trop et tout ce que tu vis
Couché le ventre au sol dans un plan de salade
C’était un escargot qui pendant sa balade
Te prit pour un martien qui sentait l’eau de vie !





















Formidable , d'un humour extra-terrestre ...Merci pour ce bon moment ...JC Dominé
 

CLARI

Maître poète
Inscrit
27 Octobre 2018
Messages
4,996
J'aime
10,050
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
On ne peut pas dire que vous êtes au raz des Pâquerettes !
Mais dans les pieds de salades, face-à-face avec l'escargot
Puisque, paraît-il, vous étiez cette nuit un peu gris
Vous faisiez concurrence aux délicieux petits gris...

Tiens, j'en mangerais bien de vos martiens !
 
Inscrit
21 Octobre 2018
Messages
11,095
J'aime
12,431
Points
183
Age
73
Localité
Grenoble
Je suis
Une femme
Hors ligne
#7
OVNI soit qui malice pense!



Je vis un beau matin venant de l’infini
Un étrange martien sortant de son ovni
Il avait une bouille à vous rendre livide
La tronche spiralée façon hélicoïde


Deux tiges sur la tête avec des yeux au bout
Lui permettait sans doute de capter notre monde
Elles étaient terminées par une bosse ronde
Et donnaient l’impression de ne rien voir du tout


Il n’avait pas de pattes enfin je n’ai rien vu
Et il se déplaçait comme sur un coussin d’eau
Une base visqueuse lui servant de sabot
Muet ou bien discret je n’ai rien entendu.


J’essayais de toucher sa nature élastique
Il me parut collant légèrement poisseux
était-il adhésif ou était-il graisseux
Il était en tout cas assez antipathique.


Il allait me parler dans un beau face-à-face
Quand fatigué sans doute par excès de labeur
Je me mis à ronfler aussi bien qu’un sonneur
Dont l’ouïe obturée jamais ne se tracasse.


Je m’éveillais plus tard encore un peu malade
Ferdinand me disant tu dors depuis dix heures
j’ai du te ramasser enivré à faire peur
Dans le fond du jardin couché sur les salades


Je lui fis aussitôt le récit du martien
Qui était arrivé aux lueurs de l’aurore
Décrivant son engin sorte de météore
Et son œil spiralé qui regardait le mien.


Mon ami tu bois trop et tout ce que tu vis
Couché le ventre au sol dans un plan de salade
C’était un escargot qui pendant sa balade
Te prit pour un martien qui sentait l’eau de vie !





















J'ai vraiment aimé
Merci Peniculo. Je reviendrai vous lire
Très belle chute
Amicalement
Gaby
 

Clem.P

Grand poète
Inscrit
11 Juillet 2020
Messages
1,529
J'aime
3,532
Points
123
Localité
Toulouse
Je suis
Une femme
En ligne
#8
OVNI soit qui malice pense!



Je vis un beau matin venant de l’infini
Un étrange martien sortant de son ovni
Il avait une bouille à vous rendre livide
La tronche spiralée façon hélicoïde


Deux tiges sur la tête avec des yeux au bout
Lui permettait sans doute de capter notre monde
Elles étaient terminées par une bosse ronde
Et donnaient l’impression de ne rien voir du tout


Il n’avait pas de pattes enfin je n’ai rien vu
Et il se déplaçait comme sur un coussin d’eau
Une base visqueuse lui servant de sabot
Muet ou bien discret je n’ai rien entendu.


J’essayais de toucher sa nature élastique
Il me parut collant légèrement poisseux
était-il adhésif ou était-il graisseux
Il était en tout cas assez antipathique.


Il allait me parler dans un beau face-à-face
Quand fatigué sans doute par excès de labeur
Je me mis à ronfler aussi bien qu’un sonneur
Dont l’ouïe obturée jamais ne se tracasse.


Je m’éveillais plus tard encore un peu malade
Ferdinand me disant tu dors depuis dix heures
j’ai du te ramasser enivré à faire peur
Dans le fond du jardin couché sur les salades


Je lui fis aussitôt le récit du martien
Qui était arrivé aux lueurs de l’aurore
Décrivant son engin sorte de météore
Et son œil spiralé qui regardait le mien.


Mon ami tu bois trop et tout ce que tu vis
Couché le ventre au sol dans un plan de salade
C’était un escargot qui pendant sa balade
Te prit pour un martien qui sentait l’eau de vie !





















Phénoménal (y)
 

Amazon: Aidons les producteurs Français !

Membres en ligne

Haut