• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Nouvelle Petit travail servant à donner la migraine

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,482
J'aime
3,121
Points
173
Age
81
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
FORMES POÈTIQUES 1/8

Pour les curieux poèmophiles une sélection de définitions

On m’avait demandé de parler de poèmes
Bien que je n’en ai pas de connaissances extrêmes
J’ai pioché dans des livres en cherchant comment faire
Pour tirer au plus court un flot excédentaire.
On m’avait épargné le tout de chaque forme
Le travail eut été épuisant tant qu’énorme
Et je ne mets ici que des sélections
apportant des lueurs à quelques questions
Il y a des emprunts évitant de courir
Dans des dicos divers quand part le souvenir
Si vous êtes savants la chose est inutile
Mais en cas d’un oubli y puiser est facile.

Les genres poétiques ont une grande variété des formes qui évoluèrent avec le temps. Ils respectent des conventions techniques et typographiques comme la mise en page des vers ou les différents mètres. Le travail de leur forme, y est essentiel,
Ils se singularisent par la musicalité, les émotions exprimées et le pouvoir de suggestion (images).

Ballade :

Ballade désigne, au sens ancien, un poème médiéval à forme fixe composé de trois couplets et d'une demi-strophe appelée envoi, chacune étant terminée par un vers refrain, qui rappelle la forme chantée des origines.
Exemple Ballade des dames du temps Jadis François Villon

Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour eut cette essoine.
Semblablement, où est la roine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

La roine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Prince, n'enquerrez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Que ce refrain ne vous remaine :
Mais où sont les neiges d'antan ?

Calligramme :

Un calligramme est un poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais il arrive que la forme apporte un sens qui s'oppose au texte. Cela permet d'allier l'imagination visuelle à celle portée par les mots.

exemple : voir les calligrammes d’Apollinaire



Chanson :

Une chanson (ou chant) est une œuvre musicale composée d'un texte et d'une mélodie. Elle peut être interprétée a cappella ou au contraire accompagnée d'un ou plusieurs instruments (guitare, piano, groupe, voire un big band ou un grand orchestre symphonique). Elle peut être à une voix (monodie) ou à plusieurs (polyphonie) comme dans un choral.
De la comptine enfantine à la chanson de geste les exemples sont nombreux et nous en connaissons tous.

Chant royal :

Le chant royal est une ancienne pièce de poésie française inventée au xive et cultivée avec ferveur jusqu’au xvie siècle. Rejeté avec le lai, la ballade et le rondeau par les poètes de la Pléiade, au profit des odes et des sonnets, le chant royal survécut jusqu'à la Révolution dans les concours (Puys ou Palinods) de poésie de Rouen, Caen, Toulouse.

Exemple : Chant royal chrétien de Clément Marot
Qui ayme Dieu, son règne et son empire,
Rien désirer ne doibt qu’à son honneur
Et toutesfois l’homme tousiours aspire
A son bien propre, à son aise, et bon heur,
Sans adviser si point contemne ou blesse
En ses désirs la divine noblesse.
La plus grand’part appete grand avoir :
La moindre part souhaite grand sçavoir ;
L’autre désire être exempte de blasme,
Et l’autre quiert (voulant mieulx se pourvoir)
Santé au corps et Paradis à l’âme.
Ces deux souhaitz contraires on peult le dire
Comme la blanche et la noire couleur ;
Car Jesuchrist ne promet par son dire
Ça bas aux siens qu’nnui, peine et douleur.
Et d’autre part (respondez moy) qui est-ce
Qui sans mourir aux Cieulx aura liesse ?
Nul pour certain. Or faut-il concevoir
Que mort ne peult si bien nous decevoir
Que de douleur nous sentions quelque dragme
Par ainsi semble impossible d’avoir
Santé au corps et Paradis à l’âme.
Doulce santé mainte amertume attire,
Et peine au corps est à l’âme doulceur.
Les bienheureux qui ont souffert le martyre
De ce nous font tesmoignage tout seur.
Et si l'homme est quelque temps sans destresse,
Sa propre cher sera de luy maistresse,
Et destruira son Ame (à dire voir)
Si quelque ennuy ne vient ramentevoir
Le povre humain d'invoquer Dieu, qui l'ame,
En luy disant : Homme, penses-tu veoir
Santé au corps et Paradis à l’âme.
0 doncques, Homme en qui santé empire,
Croy que ton mal d'un plus grand est vainqueur ;
Si tu sentois de tous les maux le pire,
Tu sentirois Enfer dedans ton cueur.
Mais Dieu tout bon sentir (sans plus) te laisse
Tes petis maulx, sachant ta foiblesse
Ne pouvant pas ton grand mal percevoir
Et que aussi tost que de l’apercevoir
Tu périroys comme paille en flamme,
Sans nul espoir de jamais recevoir
Santé au corps et Paradis à l’âme.
Certes plutost un bon père desire
Son filz blessé que meurdrier, ou jureur :
Mesmes de verge il le blesse, et descire,
Affin qu'il n'entre en si lourde fureur.
Aussi quand Dieu, père céleste, oppresse
Ses chers enfans, sa grand’bonté expresse
Faict lors sur eulx eau de grâce pleuvoir;
Car telle peine à leur bien veult prévoir
À ce qu'enfer en fin ne les enflamme,
Leur réservant (oultre l'humain devoir)
Santé au corps et Paradis à l'âme.
Prince Royal, quand Dieu par son povoir
Fera les Cieulx et la Terre mouvoir,
Et que les corps sortiront de la lame,
Nous aurons lors ce bien, c'est à sçavoir,
Santé au corps et Paradis à l'âme.
 

CLARI

Maître poète
Inscrit
27 Octobre 2018
Messages
6,279
J'aime
12,763
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#3
Ayant fait le tour de la question
Ma curiosité étant mon moteur,
Je reviens lire vos conclusions
Nous en contant les inventeurs
Nombreuses formes de poésie
Dont vous m'avez divertie...

Bravo et merci
 

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut