• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Solstice d'Hiver

Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
355
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Agrippe-toi à mon bras, Ô mon Amour, ne vacille pas face à l’hiver de ce qu’il me reste à te dire, agrippe-toi à moi et l’un contre l’autre allons vers ce matin instable que mes paroles glacent un peu plus à chaque pas…

Matin prophétisé au jour même de nos aveux d’attirance, matin que nous avons créé d’une fantasmagorique substance pour qu’il porte loin devant nous nos doutes, dissocie de notre inédite joie la peur de devenir l’inévitable déchirure de l’autre, ce destin promis à ceux qui se promettent d’implacables romances irréelles, toujours plus loin, toujours plus haut, promesses qui se condamnent d’elles même à chuter à l’approche du Soleil…

Matin fatal et pourtant le meilleur allié de notre histoire, matin dont la menace imprévisible a toujours été le paradoxal instigateur de notre ingéniosité à nous aimer sous plusieurs discours. Je t’aime de toute ma relativité et modeler à l’infini, distendre ou rétracter notre univers a toujours été théoriquement concevable.

Viens avec moi et avançons de quelques semaines, ou de quelques mois, viens pour que cela soit plus facile, allons jusqu’à cette frontière que notre pacte avait prévu, cet inexorable seuil où culmine le roman bâti entre deux êtres et où commence la décadence des sentiments, la chute, méandre après méandre de nos bonheurs, en une négation rétrospective de tout ce qu’il y eut de beau dans ce que nous avons créé.

Regardons tout deux cet au-delà où se dissout la poésie dans l’informe fleuve de l’ennui, déstructure de l’Oubli, jusqu’à cet océan quotidien du manque d’inspiration, regardons-le et craignons ce qu’il insinue. Voudrais-tu de ma cruauté ou de mon désarroi, de mes stratégiques drames comme réserve d’oxygène pour que nous restions passionnés un peu plus longtemps ensemble ? Voudrais-tu sombrer avec moi, là où d’abysses en abysses, nous ne pourrions plus qu’invoquer le souvenir d’un soleil révolu pour qu’il nous éclaire de sa ferveur toujours plus artificielle ? Devenir ton indifférence après trop de recours à d’utilitaires douleurs me semblerait intolérable comme le pire des crimes.

Alors entrons en résistance et rappelons-nous que nous sommes fondés sur la promesse d’être sans cesse surprenant et bienveillant l’un pour l’autre, celui pour qui tu fus la renaissance enthousiaste après la moindre de tes absences, celle qui fut si belle d’être mon attention et mon attentionnée, ma pensée exaltée palpitante de toutes tes splendeurs, ma déesse devenue et s’épanouissant encore, le présent rare de l’autre, à l’autre longuement, patiemment dévoilé. Si souvent nous avons incarné le précieux contraire d’être deux étrangers, ne le devenons jamais. Je connais le chemin qui mène à cette éternité que nous méritons même s’il faut pour cela nous quitter.

Il le faut pourtant, tu es si jeune et tu seras bientôt légitimement frustrée d’être ma captive. Captive de cette affection que tu me porte, captive d’être l’inquiète d’un inquiétant, captive de cette étouffante protection que je t’offre en échange de ta présence, mon Eau de Vie ! et dont je suis désormais dépendant tant j’ai sacrifié alentour tout ce qui n’était pas toi. Tu es devenue ma seule, mon ultime et dangereuse passion et je suis parfaitement épuisé de n’être plus que dissimulation de moi-même, simple masque de ce que je pourrais être s’il n’y avait cette absolue priorité de te garder, de t’aimer toujours plus qu’importe le prix à payer.

Mais ton regard aimant cache de moins en moins bien cette lassitude avec laquelle tu m’aimes et me renvoie chaque jour un peu plus aux inacceptables impostures qui m’habillent désormais et qu’au fond, ma si sensible paranoïaque, tu as dû déceler bien avant moi. Parfaitement épuisé de n’être plus que fuite en avant par la surenchère des mots, pour nous sauver, croyais-je, épuisé de ce malaise que je creuse entre deux réalités : la mienne idéalisée en un magnifique mausolée indestructible, dogmatique conception de mon amour à l’épreuve du temps, et la tienne à travers laquelle je commence à percevoir l’injuste sort que nous allons nous faire subir si nous nous laissons porter, indolents, vers ces malheurs qui tardent à venir et que je n’ai jamais souhaité. Vrai, pour toi je serais même capable de jouer le rôle de ce faible que je ne suis pas, capable de m’abaisser à mendier ta tendresse en te faisant secrètement culpabiliser d’être mon inéquitable souffrance.

Et ce qui te fait peur m’effraie aussi car je suis conscient de n’être plus que prétention disproportionnée de ce que je ne peux plus t’offrir autrement qu’en rêve, qu’en paroles pour matérialiser ce qu’il nous reste à exister ensemble. Mais je te le demande, Me laisseras-tu vivre entre les lignes ? Offre-moi ce pouvoir de continuer à t’aimer dans l’interstice libre des non-dit où j’imaginerai ce dont j’ai besoin, où je remplirai de mes folies les blancs inhérents à ce dialogue de bientôt, complexe dialogue de trop d’enjeux qui va s’établir entre nous, les gestes scellés dans le marbre de trop de passés, les yeux pétrifié d’insaisissables présents, la raison tourmentée de futurs souhaités, non souhaitables, non souhaités et cætera... Contrainte à l’autarcie, ma démence solitaire grandira avec ce manque de toi, et deviendras l’inévitable substitut pour pallier tout ce que tu ne seras plus là avec moi.

Physiquement plus loin de l’autre, mais obsessionnellement tien, irrationnellement mienne jusqu’à pouvoir me retourner, délivré de cette crainte de te perdre, suffisamment solide pour affronter l’effroyable vide qui voudra me terrasser le jour où tu décideras d’oublier de moi ce qu’il te sera nécessaire pour que tu avances, le jour où j’essaierai d’en faire de même, et qu’il me faudra la force d’échouer plusieurs fois avant d’espérer y arriver.

Respire mon aimée, respire comme tu as su m’apprendre à respirer. Regardons un peu défiler cette ville que j’ai tant de fois quitté, tant de fois affublé d’ingrates croyances qu’elle était un carcan autour de l’homme véritable que je voulais être, Regarde aujourd’hui comme elle voudrait redevenir grâce à toi la terre de mon inspiration, plonger mes racines tardives dans les souvenirs de plusieurs vies en commençant par ceux qui parleront de toi.

Cette ville tant de fois fuit vers ces ailleurs dont on s’étoffe d’ambitieux rêves, d’aventureuses confrontations avec soi-même le reste du monde, ces ailleurs que guettent ta jeunesse aujourd’hui et que je ne retiendrais pas, par respect pour ce qu’ils t’apporteront, par cohérence pour l’ancien curieux que j’étais moi aussi. Ces ailleurs des fabuleux trésors qui semblent être un mérite plus grand de n’être pas d’ici, l’insoupçonné en toi que tu veux révéler de tes propres yeux plutôt que de me croire sur parole. Mais, je te comprends, nous sommes faits de la même fierté intranquille, debout d’orgueilleux doutes que nous seuls savons lever. Sache seulement que cette ville restera avec moi ton éternelle source de mémoire, accueillante et régénératrice mère de tes forces à chacun de tes retours. Je te le promets.

Regarde, j’arrive même à te sourire, et le Soleil n’est pas si froid aujourd’hui et nous sommes si chanceux d’avoir appris à nous connaître sous ces multiples attachements. Je suis la somme des hommes que tu as pu réclamer, je suis un et parfaitement divisible en d’infinies décimales pour toi, je suis moi, cet inépuisable nuancier d’improbables êtres, pour que tu sois heureuse, toujours mon heureuse…

Pardon mon Amour. Oui, j’arrête. Laissons-nous encore un peu de temps avant d’essayer d’y croire. Ne retiens pas ce baiser, laisse couler ces belles larmes, viens dans mes bras, et imprime de toute ton âme ce que l’on ne m’aimera plus jamais.

Enroule autour de moi le parchemin de ta merveilleuse tristesse, nulle n’a jamais pleurée pour moi une telle sincérité, protège ta légende d’une dernière tendresse, appose ton sceau sur mes lèvres et referme-moi à l’abri du feu, car je sens déjà s’aviver la révolte, car je me rappelle déjà que ce dernier baiser fut encore plus beau que le premier.

Aller, aide-moi ! Réclame, proclame ton indépendance, et acclamons la ensemble puisqu’il est encore temps. Pars ! Dépêches toi, c’est le jour le plus court de l’année… Éloignes toi vers d’autres voyages sans moi, sois aux autres ce soleil fécond que tu m’as donné, cette lumière que je ne peux plus jalousement cacher tant elle m’aveugle. Inspire-toi de cette surprenante lucidité qui m’habite aujourd’hui, et fait tien son message pour me le rappeler bientôt…

Regardez la partir, vous qui savez mon désespoir, voyez comme son cœur se lit dans sa démarche. Ma vive, mon élancée d’hier, aujourd’hui marche de ce pas livide que je lui transmets. Voyez la divine fébrilité avec laquelle elle s’éloigne et comme j’ai honte de la trouver si belle en ce premier jour de l’Hiver.

Egoïste le monde d’abandon que je repose sur ses épaules pour faire d’elle la même suppliciée que moi qui n’ai jamais su apprendre le seul mot qui libère. Ô mon amour, quel impossible moi saurait prononcer le mot fin sans te mentir ?

Regardez la partir, blessée, lestée par tout ce que je lui demande de ne pas m’oublier. Regardez-la qui avance sans se retourner. Admirez-la cette femme de courage, dont la ferme raison a gagné la plupart des batailles contre ma folie. Félicitez-la pour ma surprenante lucidité, intelligence du réel dont je ne me savais plus capable, c’est elle qui me l’a apprise. Mais Blâmez-moi, car je n’aime pas perdre, car déjà je me raconte qu’elle n’était pas ma lucidité, qu’elle ne fut qu’une transe passagère, un cri fantôme de son inconscient à elle qui vient de me posséder.

Ô l’empressement de ces regrets à me faire renier chaque mot en une bruyante asphyxie d’une majorité de mon âme. Ô toutes ces supplications, Ô toutes ces torsions de mon âme malade que je visualise déjà pour la récupérer tandis qu’elle disparaît au coin de la rue. Ô la Nuit qui était ma compagne avant elle et que j’entends de nouveau, jalouse, qui m’ordonne de lui revenir…
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
355
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#3
Il a fallu que je le charcute sévèrement pour qu'il passe en un message... 9991 caractères! hahaha! Si je souscrit à l'offre premium, je peux avoir une rallonge sur la limite de caractères? ;):p:ROFLMAO:
 
Dernière édition:

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#4
Des fois, tu me fais penser à Jean-François six et son rare livre Le chant de l'amour, Eros dans la bible. Et c'est un compliment.
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
355
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#11
Bein oui, tout est intéressant à lire si on va par là, pour l'enchantement, l'effroi, l'halètement... etc etc l'analyse aussi. Perso, suis très polar&SF
J'crois que j'ai pratiquement rien lu de nouveau depuis les cent premières pages d'"A la recherche du temps perdu", le bougre a réussi à me perdre... ;)
 

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
4,614
J'aime
5,887
Points
248
Je suis
Un homme
En ligne
#12
Purée de moine...où as-tu puisé ces mots pour ton élue. J'en suis encore époustouflé. Bravo.
Amicalement.
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
355
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#13
Purée de moine...où as-tu puisé ces mots pour ton élue. J'en suis encore époustouflé. Bravo.
Amicalement.
Purée de moine!!! hahahaha! ça c'est de l'expression, j'adopte! J'ai plus ou moins commencé à écrire pour elle en fait... et comme mes déclarations d'amours n'avaient pas été très à la hauteur par manque de maîtrise, je lui ai fait la plus belle déclaration de rupture que j'ai pu... (c'est ptet le seul texte qui me pique encore assez fort, j'aurais mieux fait de m'arracher un bras ce jour-là, mais qu'importe aujourd'hui, cette histoire m'a transformé dans le bon sens..)
 

apocryphe

Grand poète
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#14
J'crois que j'ai pratiquement rien lu de nouveau depuis les cent premières pages d'"A la recherche du temps perdu", le bougre a réussi à me perdre... ;)
J'ai essayé quand j'étais jeune,,, vainement. Ptet qu'avec l'âge, ché pas, à ré-essayer peut être. En attendant les madeleines, je les dévore ;-)
 

simlecteur

Maître poète
Inscrit
14 Août 2018
Messages
4,614
J'aime
5,887
Points
248
Je suis
Un homme
En ligne
#15
Purée de moine!!! hahahaha! ça c'est de l'expression, j'adopte! J'ai plus ou moins commencé à écrire pour elle en fait... et comme mes déclarations d'amours n'avaient pas été très à la hauteur par manque de maîtrise, je lui ai fait la plus belle déclaration de rupture que j'ai pu... (c'est ptet le seul texte qui me pique encore assez fort, j'aurais mieux fait de m'arracher un bras ce jour-là, mais qu'importe aujourd'hui, cette histoire m'a transformé dans le bon sens..)
haha, un vielle connaissance commune....les épines ont donné de leçons pour trouver le bon sens.
 

REVEPOURPRE

Maître poète
Inscrit
19 Juillet 2018
Messages
5,960
J'aime
5,075
Points
173
Localité
BREST
Je suis
Un homme
Hors ligne
#16
J'ai tout lu!!


que te dire....j'ai apprécié surtout l'originalité de l'écriture....et la tournure non moins originale de certaines phrases!!

t'as pas encore écrit de bouquins???


bravo

kénavo


RP
 

Gabrielle

Grand poète
Inscrit
18 Août 2018
Messages
1,842
J'aime
2,932
Points
173
Localité
Bretagne 22
Je suis
Une femme
Hors ligne
#18
âme sensible s'abstenir ! j'ai eu beaucoup de mal à terminer ma lecture les larmes m'en empêchant
magistrale déclaration, je n'en suis pas encore remise
chapeau l'artiste
@micalement
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
355
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#19
âme sensible s'abstenir ! j'ai eu beaucoup de mal à terminer ma lecture les larmes m'en empêchant
magistrale déclaration, je n'en suis pas encore remise
chapeau l'artiste
@micalement
Oui, j'ai toujours du mal avec celui ci aussi... C'est terrible quand ni l'intellect, ni la poésie ne peuvent rien pour vous, ou plutôt si peu et si lentement... Il n'y a que pour elle que s'est formé, juste sous le coeur, (pas loin du foie je crois) une petite mais immensément dense sphère bleue d'infinie tristesse que je n'ai pas eu d'autre choix que d'accepter et vivre avec... Ça n'empêche pas de vivre mais c'est là, comme une barre d'uranium qu'il faut empêcher à jamais d'entrer en fusion... (j'suis pas sûr de la qualité de ma métaphore mais c'est ce que j'ai de plus proche comme comparaison là maintenant...) Merci de l'avoir lu quand même si ça t'as à ce point retournée...
 

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut