• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Nouvelle Suite des formes poètiques [4/8]

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,501
J'aime
3,160
Points
173
Age
81
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
En ligne
#1
FORMES POÈTIQUES 4/8

Miscellanées :

Les miscellanées sont un genre littéraire composé de textes divers, « mélangés » avec une unité plus ou moins manifeste ; technique de fragments, sorte de mosaïque littéraire. On trouve très souvent, chez de nombreux auteurs antérieurs au XXe siècle, le terme équivalent d'analectes pour désigner ce genre littéraire hybride et morcelé. On parle aussi de varia, de silves ou encore de spicilège.
LesStromates de Clément d'Alexandrie en sont un des premiers exemples. Le Spicilège de Montesquieu est une œuvre posthume publiée en 1944.
Les Miscellanées de Mr Schott de Ben Schott, parues en 2006, ont relancé la popularité du genre, tombé en désuétude depuis le XIXe siècle et qui se trouve depuis décliné sur des dizaines de thèmes.

Il n’est pas possible d’en donner des exemples mais voici des détails sur Clément D’Alexandrie
Clément d’Alexandrie, écrit un siècle à peine après la mort du dernier apôtre, les « Stromates ». Il s’adresse à une élite cultivée, férue de philosophie, qu’il invite à se convertir au Logos, Raison divine incarnée en Jésus-Christ. Dans le premier « Stromate », Clément explique que la culture grecque et la philosophie, bien loin d’être un obstacle pour la foi chrétienne, en sont une préparation.
Et surtout, il insiste sur la tension du sage, aux aguets de ce qui, en toute philosophie, peut le mettre en chemin vers Dieu.

Motet :

Un motet (diminutif de « mot ») est une composition musicale apparue au xiiie siècle, à une ou plusieurs voix, avec ou sans accompagnement musical, courte et écrite à partir d'un texte religieux ou profane. Il en existe des quantités et les compositeurs de motets sont nombreux. Voici quelques exemples :
Guillaume de Machaut (1300-1375) ,John Dunstable (ca. 1390-1453),Johannes Ockeghem (1420-1497), Jean Mouton (ca. 1459-1522), Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1594), Jean-Baptiste Lully (1632-1687), Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), Alessandro Scarlatti (1660-1725), Jean-Philippe Rameau (1683-1764), Johann Sebastian Bach (1685-1750) ,Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) , Anton Bruckner (1824-1896), Pierre Villette (1926-1998)…

Nouvelle :

Bâdi al-Zamâne al-Hamadhani , écrivain iranien (de Hamadan ancienne capitale de la Perse) du xe siècle passe pour être l'inventeur de la « nouvelle », ou son précurseur à travers le maqâma (court récit de fiction).

« Une nouvelle est un récit court. Apparu à la fin du Moyen Âge, alors proche du roman et d'inspiration réaliste, se distinguant peu du conte.
À partir du xixe siècle, les auteurs ont développé d'autres possibilités du genre, en concentrant l'histoire pour renforcer son effet sur le lecteur, par exemple par un dénouement surprenant. Les thèmes se sont également élargis : la nouvelle est devenue une forme de la littérature fantastique, policière, et de science-fiction. »



Ode :

Dans la littérature grecque, une ode est un poème lyrique en strophes, accompagné de musique. Par extension, une ode est un poème célébrant un personnage ou un événement.
Une ode peut aussi être triste, relatant un amour perdu ou un simple désespoir face à un monde en détresse. C’est un genre élevé, l’équivalent poétique de l’épopée.
Horace, poète latin, a pratiqué ce genre dans toute son œuvre.
Exemple :
Que me conseilliez-vous, mon cueur ?
Iray je par devers la belle,
Luy dire la peine mortelle
Que souffrez pour elle en doleur ?

Pour vostre bien et son honneur,
C’est droit que vostre conseil celle.
Que me conseilliez-vous, mon cueur,
Iray je par devers la belle ?

Si plaine la sçay de doulceur
Que trouveray mercy en elle,
Tost en aurez bonne nouvelle.
G’y vois, n’est ce pour le meilleur ?
Que me conseilliez vous, mon cueur ?
Charles d’Orléans

C’est Ronsard qui, appliquant le programme fixé par la Pléiade dans la Défense et illustration de la langue française, introduisit le premier ce nom dans la langue française. Le XVIe siècle s’appliqua surtout à copier l’ode pindarique, celle que Malherbe cultivera et dont Boileau donna les règles, en proclamant « qu’elle est à peine susceptible d’en recevoir ».
Les Anciens ont longtemps divisé l’ode, en trois parties coordonnées entre elles et réglées suivant le chant et les mouvements qui accompagnaient les paroles : la strophe, l’antistrophe et l’épode, marquant le tour et le retour des chanteurs ou leur repos.
L’école de Ronsard essaya de ramener, avec l’ode, ses divisions rythmiques et chorégraphiques. Vauquelin a dit dans son Art poétique :
Car depuis que Ronsard eut amené les modes
Du tour et du retour et du repos des odes,
Imitant la pavane ou du roi le grand bal,
Le françois n’eut depuis en Europe d’égal.

Ce genre a ensuite été illustré par Victor Hugo dans ses Odes et Ballades.


 

CLARI

Maître poète
Inscrit
27 Octobre 2018
Messages
6,367
J'aime
12,891
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#2
A part la nouvelle, les autres formes ne me font pas vibrer.
Toujours admirative devant votre ténacité. Et j'attends la suite pour m'inspirer...
 

Membres en ligne

Haut