• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Suite des formes poètiques [8/8]

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,667
J'aime
3,620
Points
173
Age
81
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Suite des formes poètiques [8/8]
Le rondinet est une forme fixe très ancienne généralement usitée pour les sujets galants. Le rondinet se construit sur 12 vers, sur 2 rimes (souvent octosyllabes) avec une clausule comme le rondeau : abbaab + clausule - abba + clausule
Exemple : Si j’ay parlé, d'Henri Baude
Si j'ay parlé aucunement
Des dames de religion
De la basse condicion,
Je l’ay fait par esbattement.
Sans y pencer, soubdainement,
Ce fut par bonne intention
Si j’ay parlé.

Car je sçay bien que loyaulment
Le font par bonne affection.
Et pour toute conclusion,
Je m'en repens présentement
Si j’ay parlé.
Exemple : Rondeau redoublé, Jean de La Fontaine (1660)

Qu'un vain scrupule à ma flamme s'oppose,
Je ne le puis souffrir aucunement,
Bien que chacun en murmure et nous glose;
Et c'est assez pour perdre votre amant.
Si j'avais bruit de mauvais garnement,
Vous me pourriez bannir à juste cause;
Ne l'ayant point, c'est sans nul fondement
Qu'un vain scrupule à ma flamme s'oppose.
Que vous m'aimiez, c'est pour moi lettre close;
Voire on dirait que quelque changement
A m'alléguer des raisons vous dispose:
Je ne le puis souffrir aucunement.
Bien moins pourrais vous conter mon tourment,
N'ayant pas mis au contrat cette clause;
Toujours ferai l'amour ouvertement,
Bien que chacun en murmure et nous glose.
Ainsi s'aimer est plus doux qu'eau de rose:
Souffrez-le donc, Philis, car, autrement,
Loin de vos yeux je vais faire une pose,
Et c'est assez pour perdre votre amant.
Pourriez-vous voir ce triste éloignement?
De vos faveurs doublez plutôt la dose.
Amour ne veut tant de raisonnement:
Ce point d'honneur, ma foi, n'est autre chose
Qu'un vain scrupule.
Rondel
Un rondel est un poème à forme fixe, construit sur deux rimes et comportant un refrain, à l'instar du rondeau et du triolet. Il est composé le plus souvent de treize vers octosyllabiques répartis en trois strophes.
Le refrain du rondel est formé de ses deux premiers vers, que l'on retrouve à la fin de la deuxième strophe, puis de son premier vers, que l'on retrouve à la fin de la troisième. Les strophes comptent parfois un vers de plus ou de moins ; certains rondels sont en vers décasyllabiques ; on trouve aussi des rondels doubles formés de quatre quatrains.
Le rondel, dont l'origine est française, a été en vogue entre les XIVe et XVIe siècles avant d'être repris par quelques poètes.
L'un des rondels les plus connus dans l'histoire de la poésie française est Le Printemps de Charles d'Orléans :

Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye,
Et s’est vestu de brouderie,
De soleil luyant, cler et beau.

Il n’y a beste, ne oyseau,
Qu’en son jargon ne chant ou crie :
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.

Riviere, fontaine et ruisseau
Portent, en livrée jolie,
Gouttes d’argent d’orfaverie,
Chascun s’abille de nouveau.
Le temps a laissié son manteau.
 

Concours sur le thème du printemps

concours printemps

Membres en ligne

Haut