• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Une voix interpellante

Benadel

Poète confirmé
Inscrit
21 Septembre 2018
Messages
108
J'aime
96
Points
93
Localité
Genève
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
A travers une baie vitrée
J’entends une voix douce bien timbrée
Accompagner un disque à la mode.
Elle me transporte aux antipodes,
Vers la période de mon enfance
Lorsque je baignais dans l’insouciance.

Je revois ma mère dans la cuisine
Arrosant un bouquet d’églantine ;
Un soleil printanier se fraya un passage
Entre les branchages et stria son visage ;
On aurait dit qu’un beau collier de chrysocale
S’incrustait dans son faciès bruni par le hâle.
Elle fredonnait l’air d’une cantilène
Évoquant le tourment d’une naine.
Je m’approchait d’elle à pas de loup
Et vis des larmes sur ses joues.
Qu’une mère chérie puisse pleurer,
Cette pensée ne m’avait jamais effleuré.
Ne désirant pas me laisser envahir
Par le spleen que ses larmes venaient de trahir,
Je décidai de tourner les talons
Et d’aller jouer au ballon.
Cet incident, je l’ai mis dans une armoire,
Dans le coin oublieux de ma mémoire.

Cette voix que j’entends présentement
Me projette tout d’un coup vers ce moment.
Je voudrais enlacer ces anciens instants
Et me plonger dans l’antan
Afin de pleurer avec toi, maman
La froideur de ton garnement.
Toi, qui évoqua cette naine,
Ton âme fut-elle en peine ?
De quelles maux souffrais-tu ?
Ton âme remplie de vertu
N’avait pas d’apparentes imperfections,
Alors pourquoi étais-tu dans l’affliction ?
Pourquoi ne courus-je pas vers elle
Pour lui dire : « Mère tu es belle,
Si tu n’arrêtes pas tes pleurs,
Je vais sombrer dans la douleur. »

Comme on ne rattrape pas le temps perdu,
J’écris à présent de façon assidue
Des nouvelles en série
Où ma maman est l’égérie
Des femmes moralement mythiques
Se comportant de façon fantastique
Pour élever la postérité
Ayant parfois de fortes personnalités
Bravant avec un beau courage
Les lois iniques d’un autre âge
Si propres aux régimes totalitaires
Où règne un obscurantisme séculaire.
Dans mon imagination créatrice,
Ma mère était également la matrice
Qui donne naissance
Aux gens sans importance.
Eux, sans faire de bruit,
Font le grand bien d’autrui.

Grâce à cette voix inconnue,
L’idée d’écrire m’est venue.
 

REVEPOURPRE

Maître poète
Inscrit
19 Juillet 2018
Messages
5,933
J'aime
5,007
Points
173
Localité
BREST
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
PREMS!!


l'ensemble est magnifiquement écrit

avec un fond admirable

néanmoins j'ai retenu ceci....


Dans mon imagination créatrice,
Ma mère était également la matrice
Qui donne naissance
Aux gens sans importance.
Eux, sans faire de bruit,
Font le grand bien d’autrui.




BRAVO



amitiés



RP
 

REVEPOURPRE

Maître poète
Inscrit
19 Juillet 2018
Messages
5,933
J'aime
5,007
Points
173
Localité
BREST
Je suis
Un homme
Hors ligne
#3
ILS ne sont pas pressés de commenter


ils sont bientôt tous couchés!!!lol


bonne nuit

RP
 

Merle Bleu

Grand poète
Inscrit
21 Août 2018
Messages
2,895
J'aime
3,246
Points
173
Localité
Corse et du monde
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
La femme est l'avenir de l'homme ... ici il regarde vers le passé pour se souvenir.
Oui nous leur devons la vie à ces mères et nous ignorons souvent quelles furent leurs souffrances, celles dont nous héritons parfois sans vraiment le savoir et que nous perpétuons comme preuve d'amour.

Merci pour ce beau partage Benadel
Amitiés
Pierre
 

Coco-Nuts

Grand poète
Inscrit
12 Septembre 2018
Messages
209
J'aime
280
Points
118
Localité
Crégy Les Meaux
Je suis
Une femme
Hors ligne
#5
Les souvenirs d'antan sont notre passé que l'on protège, douloureux ou chaleureux ils font partis de notre vie....
Merci pour ce très beau partage.
Amitié,
Corinne
 

Benadel

Poète confirmé
Inscrit
21 Septembre 2018
Messages
108
J'aime
96
Points
93
Localité
Genève
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Je ne comprend pas ce manque de commentaires ! on commente toujours les mêmes ! Pourtant celui-ci vaut le coup qu'on s'y arrête ! l’évocation d'un air qui fait songer aux pleurs d'une mère !! touchant écrit !!
les remords d'un petit garçon devenu grand qui regrette de ne pas avoir interrompu l'instant chagriné de sa maman ! et puis l'évocation de cet apothéose :
Dans mon imagination créatrice,
Ma mère était également la matrice
Qui donne naissance
Aux gens sans importance.
Eux, sans faire de bruit,
Font le grand bien d’autrui.

vraiment très émouvant Bénadel !!
merci pour ce beau partage !
amicalement
carlame
MERCI CARLAME
 
Haut