• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Approche hivernale (version corrigée)

EricS

Grand poète
Inscrit
28 Septembre 2018
Messages
1,548
J'aime
1,472
Points
173
Je suis
Un homme
Hors ligne
#22
Voir la pièce jointe 18119



Voici la première morsure
qu'un froid hiver aux dents de nacre,
plante dans nos chairs sans armure.
Il vient nous imposer son sacre.


L’air froid figé que l’on respire,
Semble se transformer en brume.
Les beaux jours se sont mis à fuir,
Le froid endosse son costume.


Les arbres dépourvus de feuille
Tendent leurs bras nus et noueux.
Blotti sur la branche un bouvreuil
Vient disputer sa place aux gueux.


La neige a recouvert les toits,
Dans les rues dénonce les pas.
Sur la vitre embuée d'émois,
De mon doigt, j'écris tout cela.


Dehors fument les cheminées.
L'odeur des feux de bois embaume,
Dans les ruelles animées
Des cris de joie que font les mômes.


Les fontaines dans les villages
Déversent leurs eaux cristallines.
Les courants d'eau dans les alpages
Résonnent de notes divines


Ils carillonnent de la glace
Qui tente en vain de les saisir.
Dans ses bras blancs, l'hiver m'enlace,
Je me sens prêt à l'accueillir.


Moïse Wolff
© tous droits réservés
le 11/11/2019
Coucou Mo, mon ressenti sur ton texte au début c'est toi à l'intérieur qui regarde l'hiver par la fenêtre avec un vocable montrant le temps presque comme un monstre, puis cela s'adoucit lorsque tu ouvres la porte, et apres quelques pas dehors le monstre de l'hiver devient un ange, du coup, je me dis, c'est un poème de quelqu'un qui ne sent pas bien en lui mais qui ose franchir le seuil de ses effrois, un texte sophrologique en fin de conte, Merci.
 

Moïse Wolff

Modérateur
Membre du personnel
Inscrit
29 Octobre 2018
Messages
3,109
J'aime
5,236
Points
450
Je suis
Un homme
En ligne
#23
Coucou Mo, mon ressenti sur ton texte au début c'est toi à l'intérieur qui regarde l'hiver par la fenêtre avec un vocable montrant le temps presque comme un monstre, puis cela s'adoucit lorsque tu ouvres la porte, et apres quelques pas dehors le monstre de l'hiver devient un ange, du coup, je me dis, c'est un poème de quelqu'un qui ne sent pas bien en lui mais qui ose franchir le seuil de ses effrois, un texte sophrologique en fin de conte, Merci.
Et bien, ça faisait un bail que tu ne t'étais pas aventuré chez le loup, tu n'as rien à craindre quand j'ai le ventre plein, rire ! ton ressenti m'incite à penser que tu es chez moi près de la cheminée bien à l'abri et au chaud. Quant à moi je suis au contraire habitué au temps neigeux que j'affectionne tout particulièrement.
En fait ce texte est collégial, après la chaleur insoutenable de l'été ressenti en France, le temps a subitement changé en un froid de canard après 18 heures. Je me sens très bien "en moi" comme disait Hugo <<en moi tout un monde s'exprime comme en chacun d'entre nous d'ailleurs>> merci de ta venue petit scarabée
Je te conseil de lire à l'occasion La Prophétie des Andes de James Redfield un très bon roman en parlant de Sophrologie.
 

CLARI

Maître poète
Inscrit
27 Octobre 2018
Messages
3,742
J'aime
6,973
Points
173
Je suis
Une femme
Hors ligne
#30
C'est magnifique !
J'attends la neige avec impatience... çà fait longtemps.
Belles descriptions en de beaux octosyllabe.
Merci pour ce partage.
Amitiés
 
Haut