• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Aux forceps de la réalité matérielle

Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Quelle blasante perspective... l'entêtement qu'il faudra dès demain pour nous réjouir
Du meilleur des monde que l'on nous aura préparé.
Travailler sans construire, être soumis aux gestes de la rentabilité,
polluer sa vie à croire n'exister qu'après...

Sous pression: Les erreurs d'orientation,
La fin de la "vraie jeunesse", si rapidement liquidée.
L'aiguillage froid, limite médical,
De ces millions de rêveurs périmés de leurs âges,
Que l'on aura transformé, par défaut et au profit des "Grands",
En une horde-à-choisir, sans distinction de compétences, de milieux, de diplômes,
A savoir rapidement s'ils voulaient souffrir de chômage ou de travail.


Une salle d'attente sans lumière et sans passion,
Où s'entassent ceux dont les rêves d'enfant se déchaussent:
Des oisifs accablés d'eux même, à justifier de leurs cotés déviants/ ou non;
Des qui jouent les effrénés, convaincus de la "Chance offerte par notre Epoque";
D'autres qui ne cherchent qu'à occuper les restes vides du décompte de leurs vie.
Autant d'esprits légitimés à l'étroit du standard des autres,
A qui l'on fiche la paie sous conditions déterminées,
En échange de leurs capacités à maîtriser l'art de l'Ennui.


Mais fatalement, l'habitude de l'insipide éduque...
Et l'on se livre avec énergie au coté rassurant du paternalisme d'entreprise,
A l'assurance d'un demain sans l'angoisse de la précarité,
Même condamné à progresser pour ne pas se perdre,
A envoyer toujours plus sur la chaîne du regret productiviste.
Le pouvoir martelant des cadences diverses qui s'enchevêtrent,
vicieusement, juste pour ne pas être tenté d'aller songer ailleurs si l'on y est.
La résonance des machines qui percute l'existence comme une drogue,
Contraignante mais planante.
Aux forceps de la réalité matérielle, un embryon de salarié docile arraché aux tripes.
Une ombre sans enthousiasme et à l'obsolescence programmée,
Dépossédée du Temps pour fabriquer ses souvenirs/son avenir.

2014 (protégé par droits d'auteur)
 
Dernière édition:

Impoésie

Grand poète
Inscrit
13 Août 2018
Messages
1,660
J'aime
1,521
Points
173
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Tu as changé ton image !!!! J'aime bien la présentation de ton texte, plus facile lire.
J'adore ce texte, l'homme déchiré entre ses vraies valeurs et le système imposé.
Il a beau lutter pour ses convictions mais au final, n'a pas le choix de se ranger
du coté la masse pour survivre. Dure réalité !!!
Ais-je bien compris ton texte ???
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#3
Tu as changé ton image !!!! J'aime bien la présentation de ton texte, plus facile lire.
J'adore ce texte, l'homme déchiré entre ses vraies valeurs et le système imposé.
Il a beau lutter pour ses convictions mais au final, n'a pas le choix de se ranger
du coté la masse pour survivre. Dure réalité !!!
Ais-je bien compris ton texte ???
Oui j'ai mis une photo de mon Laboratoire/Sanctuaire... (et moi au milieu qui m'la pète ;) ) Oui c'est complètement ça, le retour de bâton, prise de conscience de la faiblesse des rêves que l'on fabrique étant jeune face à l'impitoyable machine de guerre du travail sous occupation ultra libérale. On croit qu'on est plus fort que ça et bim, entassé comme les autres peu importe ton vécu... Il date pas mal celui là, mais je me rappelle bien du choc d'apprendre qu'il ne suffisait pas de croire très fort à une vie romanesque pour .qu'elle reste éternelle. Après l'idée c'est surtout de s'administrer un bon électrochoc pour ne pas se laisser mollement happer: "Dépossédé du temps pour fabriquer ses souvenirs" Pour moi c'est l'une des plus cruelle sentence et quand je sens que je m'approche de ça, ben j'explose et je pars dans l'autre sens.. ;)
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Mais je reviens régulièrement parceque jouer au fou c'est encore plus vite épuisant... ;)
 

Impoésie

Grand poète
Inscrit
13 Août 2018
Messages
1,660
J'aime
1,521
Points
173
Je suis
Un homme
Hors ligne
#5
Mais je reviens régulièrement parceque jouer au fou c'est encore plus vite épuisant... ;)
Je comprends, je pensais sauver le monde moi aussi dans mon travail mais la réalité
de la vie m'a vite rattrapée; tout ce que j'ai sauvé, c'est ma conjointe et les enfants avec
l'argent que me rapportait mon travail et même encore je n'étais pas là la moitié du temps
because les quarts de travail.
 

Zoé

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
908
J'aime
980
Points
158
Age
52
Localité
Sarthe
Je suis
Une femme
Hors ligne
#7
Bonsoir Quentin,
L'ambiance est sombre par chez vous.

J'ai beaucoup aimé ces passages en particulier :
- Polluer sa vie à croire n'exister qu'après...
- Les rêves d'enfant qui se déchaussent ;
- Ces rêveurs périmés avant l'âge ;
- Les esprits légitimés à l'étroit du standard des autres ;
- A qui l'on fiche la paie sous conditions déterminées ;
- Ne pas être tenté d'aller songer ailleurs si l'on y est ;
- Une ombre à l'obsolescence programmée.

Merci pour le partage de votre vision
Bonne soirée
 

Impoésie

Grand poète
Inscrit
13 Août 2018
Messages
1,660
J'aime
1,521
Points
173
Je suis
Un homme
Hors ligne
#9
Bonsoir Quentin,
L'ambiance est sombre par chez vous.

J'ai beaucoup aimé ces passages en particulier :
- Polluer sa vie à croire n'exister qu'après...
- Les rêves d'enfant qui se déchaussent ;
- Ces rêveurs périmés avant l'âge ;
- Les esprits légitimés à l'étroit du standard des autres ;
- A qui l'on fiche la paie sous conditions déterminées ;
- Ne pas être tenté d'aller songer ailleurs si l'on y est ;
- Une ombre à l'obsolescence programmée.

Merci pour le partage de votre vision
Bonne soirée
Bonsoir Zoé,

Comment vas tu ???
Je me rappelle de toi sur l'ancien Je Poème il y a quelques années.
Heureux de te revoir sur ce site.
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#10
Bonsoir Quentin,
L'ambiance est sombre par chez vous.

J'ai beaucoup aimé ces passages en particulier :
- Polluer sa vie à croire n'exister qu'après...
- Les rêves d'enfant qui se déchaussent ;
- Ces rêveurs périmés avant l'âge ;
- Les esprits légitimés à l'étroit du standard des autres ;
- A qui l'on fiche la paie sous conditions déterminées ;
- Ne pas être tenté d'aller songer ailleurs si l'on y est ;
- Une ombre à l'obsolescence programmée.

Merci pour le partage de votre vision
Bonne soirée
Oh, j'ai bien plus sombre encore, et bien plus lumineux aussi... C'est un assez vieux texte, je n'ai plus tout à fait cette vision du travail aujourd'hui car mon métier me plaît. Mais je n'oublie pas les copains restés à l'usine et en quelque sorte c'est pour leurs rendre justice que je l'ai publié ici... Personnellement je le trouve limite bisounours par rapport à la réalité, certains travaux sont véritablement aliénant...
 

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut