• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Ils sonnent sans soucis ces sensuels sonnets

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,024
J'aime
1,634
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Ils sonnent sans soucis ces sensuels sonnets

1
Pour écrire un sonnet qui ne soit pas débile
il vous faut un sujet qui paraisse plaisant
Un jeune romantique ou un vieux malfaisant
Un morceau de papier et une plume habile

Ayez sur les quatrains une aisance mobile
Sans nul empâtement sans style insuffisant
Évitez la lourdeur vous culpabilisant
Bref soyez un sculpteur pétrissant son argile.

Si le début est chaste érotisez la fin
Découvrez les natures et mettez du parfum
Sur une tendre muse esquissez des caresses

Les tercets sont friands d’une câline ardeur
Où l’audace se lie aux sensuelles adresses
Mais n’oubliez jamais de voiler l’impudeur.

2
Pour écrire un sonnet montrant un peu d’audace
Il convient de trouver quelques mots sensuels
Parlant élégamment de ces jeux rituels
Que l’on peut évoquer sans que le style agace

Dès le premier quatrain pensez à la préface
Obtenez un accord qui soit consensuel
Progressez en gardant un rythme graduel
Faites dans la douceur sachez rester tenace

Osez dans les tercets chercher le tendre accord
Rapprochez les césures en un doux corps à corps
Le feu ne prendra bien que si on l’autorise

Ayez cette élégance apte à prendre le temps
Et si vous décelez la moindre gourmandise
dévoilez les douceurs de désirs consentants.


3
Pour écrire un sonnet proche de l’espérance
Ou l’on sent du désir la lente ascension
Il faut mettre en commun la même tension
Et partager l’élan d’une égale assurance

Orner de préambules la complice attirance
Chercher en effleurant la provocation
Qui sache se parer d’une de lente attention
Osant d’oralités l’exquise intempérance.

Solliciter les sens avec la tendre ardeur
Qui fait le corps friand du complice bonheur
En donnant et prenant de subtiles caresses

Puis se laissant aller aux longs baisers gourmands
Goûter de lieux exquis les troublantes ivresses
Avant que de céder aux doux égarements.

4
Pour écrire un sonnet bien loin des réticences
Quand les désirs sont tels qu’on ne peut différer
il faut en rimes riches apprendre à modérer
Les incendies montrant quelques incandescences.

Des ondes réciproques percevant la présence
Les rimeurs sensuels doivent se libérer
Rechercher les accords qu’ils peuvent préférer
Recevoir et donner les joies de l’alliance.

Du sensuel tercet faire la rime satin
Avouer à la rose un imminent destin
Tant l’aube des caresses est une phase exquise

Puis quand sur le chemin se lève un vent gourmand
De la fête des sens reprendre la maitrise
Pour une appartenance dans le commun tourment.

5
Pour parfaire un sonnet qui déjà est en cours
Et dont la fin se fait rarement nonchalante
Il vous faut voyager d’une façon galante
Attentif aux désirs, à leurs moindres détours

Plus le voyage est doux dans le soyeux velours
Plus la capture devient une extase brûlante
Plus l’attente voulue doit être vigilante
Afin que les bonheurs aient même carrefour.

Savoir doser le temps est chose nécessaire
Il est du jeu d’amour un art complémentaire
L’échange bien vécu laisse plaisante trace

De ses intensités on garde souvenir
Le corps n’oublie jamais l’enchantement qui passe
La volupté d’aimer ne peut jamais finir.

6

Pour finir un sonnet quand la fureur s’épuise
Et que de feux nouveaux on sent l’achèvement
La tendresse devient le seul enchantement
Qui d’étreintes communes fait toute pause exquise.

Les corps toujours émus de la douceur acquise
Restent noués encore dans le ravissement
Et le plaisir s’attarde en un embrassement
De nudités vaincues par trop de gourmandise.

Dans l’ombre de la nuit ou le gris du matin
Sur la peau parfumée au toucher de satin
On laisse se finir la charnelle aventure

La force a disparu mais reste le désir
Qui espère déjà quelque vague future
Unissant les envies en un commun plaisir.

 
Inscrit
21 Août 2018
Messages
2,895
J'aime
3,246
Points
173
Localité
Corse et du monde
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Une leçon de sonnet qui sonne juste ... à par un quatrain provocant qui, il me semble, oscille entre 13 et 11 syllabes ... mais peut-être est-ce là une provocation volontaire 😊

Du savoir faire et du style pour une lecture agréable et fluide.

Merci de ce partage
Belle journée
Pierre
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#3
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
 
Inscrit
21 Août 2018
Messages
2,895
J'aime
3,246
Points
173
Localité
Corse et du monde
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
Non, il s'agit du quatrain contenant le mot provocation.
 

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,024
J'aime
1,634
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#6
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
De la critique merci j’en ferai bon usage
Mais je vérifierai si elle est juste et sage
J’aurais pu méchamment vous dire qu’après tout
Je rimaille peinard le reste je m’en fous
Ou comme Cyrano cet orgueilleux nasal
Vous dire ces deux vers qui ne sont pas banals

« Impossible monsieur mon sang se coagule
à penser qu’on y puisse changer une virgule »

J’ai relu des ouvrages avec un bel effort
L’un de vous à raison et donc l’autre a tort

Il eut fallu écrire :
Du sensuel tercet découvrir le satin
Cela rend cette ligne tout a fait exemplaire
En ôtant un panard hélas excédentaire

Quant à :
Chercher en effleurant la pro vo ca ti on

Il n’y a pas ici lieu à correction

Mon ouvrage me dit le tion dissyllabique
Convient là où il est sans faute prosodique

Si par un grand malheur j’erre dans la sottise
Dites moi donc vos sources afin que je m’instruise.

Bonne soirée.



 

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,024
J'aime
1,634
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#7
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
Une leçon de sonnet qui sonne juste ... à par un quatrain provocant qui, il me semble, oscille entre 13 et 11 syllabes ... mais peut-être est-ce là une provocation volontaire 😊

Du savoir faire et du style pour une lecture agréable et fluide.

Merci de ce partage
Belle journée
Pierre
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
Non, il s'agit du quatrain contenant le mot provocation.
 

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,024
J'aime
1,634
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#8
Bel exercice de style, les règles de la prosodie classique n'ont apparemment aucun secret pour vous. C'est très amusant à lire.

@ Merle Bleu : le vers dont vous parlez est-il "Du sensuel tercet faire la rime satin", ou un autre ?
De la critique merci j’en ferai bon usage
Mais je vérifierai si elle est juste et sage
J’aurais pu méchamment vous dire qu’après tout
Je rimaille peinard le reste je m’en fous
Ou comme Cyrano cet orgueilleux nasal
Vous dire ces deux vers qui ne sont pas banals

« Impossible monsieur mon sang se coagule
à penser qu’on y puisse changer une virgule »

J’ai relu des ouvrages avec un bel effort
L’un de vous à raison et donc l’autre a tort

Il eut fallu écrire :
Du sensuel tercet découvrir le satin
Cela rend cette ligne tout a fait exemplaire
En ôtant un panard hélas excédentaire

Quant à :
Chercher en effleurant la pro vo ca ti on

Il n’y a pas ici lieu à correction

Mon ouvrage me dit le tion dissyllabique
Convient là où il est sans faute prosodique

Si par un grand malheur j’erre dans la sottise
Dites moi donc vos sources afin que je m’instruise.

Bonne soirée.
 
Inscrit
21 Août 2018
Messages
2,895
J'aime
3,246
Points
173
Localité
Corse et du monde
Je suis
Un homme
Hors ligne
#9
De la critique merci j’en ferai bon usage
Mais je vérifierai si elle est juste et sage
J’aurais pu méchamment vous dire qu’après tout
Je rimaille peinard le reste je m’en fous
Ou comme Cyrano cet orgueilleux nasal
Vous dire ces deux vers qui ne sont pas banals


« Impossible monsieur mon sang se coagule
à penser qu’on y puisse changer une virgule »


J’ai relu des ouvrages avec un bel effort
L’un de vous à raison et donc l’autre a tort


Il eut fallu écrire :
Du sensuel tercet découvrir le satin
Cela rend cette ligne tout a fait exemplaire
En ôtant un panard hélas excédentaire


Quant à :
Chercher en effleurant la pro vo ca ti on


Il n’y a pas ici lieu à correction

Mon ouvrage me dit le tion dissyllabique
Convient là où il est sans faute prosodique


Si par un grand malheur j’erre dans la sottise
Dites moi donc vos sources afin que je m’instruise.


Bonne soirée.
Merci pour la correcti-on, peut-être pourrez-vous également m'éclairer sur les vers précédents et suivants pours lesquels je compte 13, probablement par ignorance, à moi que vous préfériez être peinard, ce que je comprendrais tout à fait.
 

michel

Grand poète
Inscrit
20 Août 2018
Messages
2,017
J'aime
2,248
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#10
un court magistral sur l'art du sonnet. Qui peut aussi se voir dans tout texte bien fait.

belle soirée

michel
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#11
" Il eut fallu écrire :
Du sensuel tercet découvrir le satin
Cela rend cette ligne tout a fait exemplaire
En ôtant un panard hélas excédentaire

Quant à :
Chercher en effleurant la pro vo ca ti on

Il n’y a pas ici lieu à correction

Mon ouvrage me dit le tion dissyllabique
Convient là où il est sans faute prosodique

Si par un grand malheur j’erre dans la sottise
Dites moi donc vos sources afin que je m’instruise."



Le satin semble ainsi infiniment plus doux :
Le vers, sans ce panard, se tortille à son aise !
Quant au noble "tion", fier de sa diérèse,
Il est hypnotisant comme un sorcier vaudou.
:)

P.
 

Peniculo

Grand poète
Inscrit
19 Octobre 2018
Messages
1,024
J'aime
1,634
Points
173
Age
80
Localité
Orléans
Je suis
Un homme
Hors ligne
#13
Bon :
"vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage"
disait le père Boileau qui avait du courage

Orner de préambules la complice attirance > De préambules orner la complice attirance
Chercher en effleurant la provocation
Qui sache se parer d’une lente attention > Qui sache se parer de lente attention
Osant d’oralités l’exquise intempérance.

Merci
de vos corrections, encore un siècle ou deux
je serai le Nobel des hôtes de ces lieux.
 

Membres en ligne

Haut