• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Poème

Lucie60

Poète confirmé
Inscrit
31 Août 2018
Messages
83
J'aime
52
Points
18
Je suis
Une femme
Hors ligne
#1
Poème

Au brouillon de nos vies
L'esquisse de nos promesses
Les flèches guerrières
Tomberont près de la caravelle
Un pinceau pour nos victoires
Le guerrier contera notre arrivée
A la terre promise, nous obéirons
Aux peuples, nous demanderons la clémence
Car nous souhaitons juste la puissance
Et nous désirons la richesse de l'inconnu
De l'or pour réparer nos erreurs
Et des bijoux pour couvrir nos horreurs
A la forêt, nous offrons nos haches
Aux cultures différentes, nous proposons nos clichés
De la peinture pour embellir nos découvertes
Nous planterons le drapeau d'une nouvelle ère
Et le vent soufflera dans nos voiles
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#2
Superbe! Je sais même pas que dire... Etre capable comme ça d'aborder un sujet aussi dur, polémique d'une façon aussi belle, c'est vraiment la marque d'un Art très maîtrisé! Trouver comment, malgré les horreurs, dire ce rêve de découverte qui pousse les explorateurs vers l'inconnu, je suis époustouflé! Je vais pas en dire trop pour l'instant pour ne pas présumer de tes intentions, mais moi ça me parle. Ton poème me fait penser à "l'Ode Maritime" d'Alvaro de Campos (aka PESSOA, encore lui... ;) ) Où il veut "TOUT" dire de ce que lui inspire un bateau qui part vers la mer, des merveilles aux horreurs, tout ressentir, mieux même, tout incarner, ce qu'implique un thème si chargé de sens... Les navigations d'aujourd'hui, les navigations de l'histoire, tout prendre, brute, sans morale, sans préjugé, ni bien-bien-pensance... Encore Bravo!
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Ode Maritime d'Alvaro de Campos: (extrait, parce qu'il fait 40 pages. Impossible de rendre ici toute la subtilité de ce chef d'oeuvre, entre Nuit et Soleil)


-"Toute la vie maritime ! tout dans la vie maritime !

S’infuse dans mon sang toute cette subtile séduction

Et indéfiniment je me plonge en pensée dans les voyages."


-"Ah, n'importe comment et n'importe où, partir!

Larguer les amarres hors d'ici, cap sur les vagues, le péril et la mer,

S'en aller au Large, au Dehors, à l'Abstraite distance,

Indéfiniment, dans les nuits mystérieuses et profondes,

Emporté, comme la poussière, par les vents, par les ouragans!"

-"A cette pensée -ô rage! à cette pensée - ô furie!

A cette pensée de l'étroitesse de ma vie ravagée par le désir,

Subitement, trépidamment, extaorbitalement,

Avec l'oscillation vicieuse, vaste et violente

De la roue qui vit dans mon imagination,

Eclate, à travers moi, sifflant, hurlant, vertiginal,

Le rut sadique et ténébreux de la stridente vie maritime."


-"Hommes de la mer actuelle ! hommes de la mer passée !

Commissaires de bord ! esclaves de galères ! combattants de Lépante !

Pirates du temps des Romains ! Navigateurs de Grèce !

Phéniciens ! Carthaginois ! Portugais projetés de Sagres

Vers l'aventure indéfinie, vers la Mer Absolue, pour réaliser l'Impossible!

Ohé-ohé-ohé-ohé-ohé-ohé !

Hommes qui avez dressé des stèles pour l’Empire, qui avez baptisé des caps !

Hommes qui avez négocié pour la premières fois avec des Noirs !

Qui en premier avez vendu des esclaves de terres nouvelles !

Qui avez donné le premier spasme européen aux négresses stupéfaites !

Qui avez rapporté l’or, les perles de verre, le bois odorants, les flèches,

De mornes explosant en végétations vertes !

Hommes qui avez mis à sac de paisibles peuplements africains,

Qui avez fait fuir au bruit du canon toutes ces races,

Qui avez massacré, rapiné, torturé, mérité

Le prix de Nouveauté promis à qui, tête baissée,

Fonce sur le mystère des mers Nouvelles ! Ohé-ohé-ohé !

Vous tous comme en un, entrecroisés,

Vous tous , sanglants, violents, haï, redoutés, sacrés,

Je vous salue, je vous salue, je vous salue!"

-"Je veux m'en aller avec vous, je veux m'en aller avec vous,

En même temps avec vous tous

Dans tous les lieux où vous êtes allés!

Je veux affronter tous vos périls face contre face,

Sentir sur mon visage les vents qui ont buriné les vôtres,

Recracher de mes lèvres le sel des mers qui ont baisé les vôtres,

Avoir des bras pour votre besogne, partager vos tempêtes,

Et comme vous, enfin, gagner des ports extraordinaires!



Fuir avec vous la civilisation!

Perdre avec vous la notion de morale!

Sentir se métamorphoser au large mon humanité!

Boire avec vous dans les mers du Sud

De nouvelles sauvageries, de nouveaux branle-bas de l'âme,

De nouveaux feux centraux dans le volcan de mon esprit!

M'en aller avec vous, m'enlever

Mon costume de civilisé, la douceur mesurée de mes actes,

Ma peur innée des prisons,

Ma vie pacifique,

Ma vie assise, statique, réglée et rabâchée!"


-"Ô mes héros rudes et velus, rudes héros de l'aventure et du crime!

Mes fauves marins, de mon imagination les maris!

Amants occasionnels de l'obliquité de mes sensations!

Je voudrais être Celle qui vous attendrait dans les ports,

Vous, les haïs-aimés de son sang de pirates dans ses rêves!

Parcequ'elle aurait avec vous, mais rien qu'en esprit passé sa rage

Sur les cadavres nus des victimes que vous faites sur les mers!

Parce qu'elle aurait été la compagne de vos crimes, et dans l'orgie océanique

Son esprit de sorcière danserait invisible autour des gestes

De vos corps, de vos haches, de vos mains d'étrangleurs!

Et elle, à terre, à vous attendre, quand vous viendrez, si jamais vous veniez,

Elle irait boire aux rugissements de votre amour tout le vaste,

Tout le brumeux et sinistre parfum de vos victoires,

Et à travers vos spasmes sifflerait un sabbat tout de rouge et de jaune!"


-"Il faudrait être Dieu, et le Dieu d'un culte à rebours,

Un Dieu monstrueux et satanique, un Dieu d'un panthéisme de sang,

Pour pouvoir combler toute la mesure de ma furie imaginative,

Pour pouvoir épuiser jamais tous mes désirs d'identité..."

-"Quelque chose en moi se brise. Le rouge se fait nuit.

J'ai trop senti pour pouvoir continuer à sentir.

Mon âme s'est épuisée, il ne reste en moi qu'un écho.

La vitesse de la roue décroît sensiblement.

Mes rêves m'ôtent légèrement les mains des yeux.

En moi il n'y a qu'une béance, un désert, une mer nocturne,

S'élève en son grand large, surgit de son silence,

A nouveau, à nouveau, le vaste cri, le cri très ancien.

Tout d'un coup, tel l'éclair d'un son -alors, en lieu de bruit, monte de la tendresse-,

Enlaçant brusquement tout l'horizon marin,

Humide et sombre houle humaine dans la nuit,

Voix de sirène au loin pleurant et appelant,

Du fin fond des Lointains il vient, du fond des Mers, de l'âme des Abysses,

Et au fil de son reflux, comme des algues, flottent mes rêves dépecés..."
 
Inscrit
19 Août 2018
Messages
660
J'aime
354
Points
118
Age
32
Localité
Brest
Je suis
Un homme
Hors ligne
#5
Enfin voilà, j'irais pas plus loin, cette ode est indescriptible, trop ambigue et Superbement Sublime, il faut la lire pour sentir tout le génie de cet auteur...
 
Inscrit
18 Août 2018
Messages
1,243
J'aime
1,627
Points
173
Localité
Bretagne 22
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
" et nous désirons la richesse de l'inconnu "

un poème fort et profond du vainqueur de rêve et de grandeur
merci de ce beau partage
@micalement
 

Lucie60

Poète confirmé
Inscrit
31 Août 2018
Messages
83
J'aime
52
Points
18
Je suis
Une femme
Hors ligne
#7
Ode Maritime d'Alvaro de Campos: (extrait, parce qu'il fait 40 pages. Impossible de rendre ici toute la subtilité de ce chef d'oeuvre, entre Nuit et Soleil)


-"Toute la vie maritime ! tout dans la vie maritime !

S’infuse dans mon sang toute cette subtile séduction

Et indéfiniment je me plonge en pensée dans les voyages."


-"Ah, n'importe comment et n'importe où, partir!

Larguer les amarres hors d'ici, cap sur les vagues, le péril et la mer,

S'en aller au Large, au Dehors, à l'Abstraite distance,

Indéfiniment, dans les nuits mystérieuses et profondes,

Emporté, comme la poussière, par les vents, par les ouragans!"

-"A cette pensée -ô rage! à cette pensée - ô furie!

A cette pensée de l'étroitesse de ma vie ravagée par le désir,

Subitement, trépidamment, extaorbitalement,

Avec l'oscillation vicieuse, vaste et violente

De la roue qui vit dans mon imagination,

Eclate, à travers moi, sifflant, hurlant, vertiginal,

Le rut sadique et ténébreux de la stridente vie maritime."


-"Hommes de la mer actuelle ! hommes de la mer passée !

Commissaires de bord ! esclaves de galères ! combattants de Lépante !

Pirates du temps des Romains ! Navigateurs de Grèce !

Phéniciens ! Carthaginois ! Portugais projetés de Sagres

Vers l'aventure indéfinie, vers la Mer Absolue, pour réaliser l'Impossible!

Ohé-ohé-ohé-ohé-ohé-ohé !

Hommes qui avez dressé des stèles pour l’Empire, qui avez baptisé des caps !

Hommes qui avez négocié pour la premières fois avec des Noirs !

Qui en premier avez vendu des esclaves de terres nouvelles !

Qui avez donné le premier spasme européen aux négresses stupéfaites !

Qui avez rapporté l’or, les perles de verre, le bois odorants, les flèches,

De mornes explosant en végétations vertes !

Hommes qui avez mis à sac de paisibles peuplements africains,

Qui avez fait fuir au bruit du canon toutes ces races,

Qui avez massacré, rapiné, torturé, mérité

Le prix de Nouveauté promis à qui, tête baissée,

Fonce sur le mystère des mers Nouvelles ! Ohé-ohé-ohé !

Vous tous comme en un, entrecroisés,

Vous tous , sanglants, violents, haï, redoutés, sacrés,

Je vous salue, je vous salue, je vous salue!"

-"Je veux m'en aller avec vous, je veux m'en aller avec vous,

En même temps avec vous tous

Dans tous les lieux où vous êtes allés!

Je veux affronter tous vos périls face contre face,

Sentir sur mon visage les vents qui ont buriné les vôtres,

Recracher de mes lèvres le sel des mers qui ont baisé les vôtres,

Avoir des bras pour votre besogne, partager vos tempêtes,

Et comme vous, enfin, gagner des ports extraordinaires!



Fuir avec vous la civilisation!

Perdre avec vous la notion de morale!

Sentir se métamorphoser au large mon humanité!

Boire avec vous dans les mers du Sud

De nouvelles sauvageries, de nouveaux branle-bas de l'âme,

De nouveaux feux centraux dans le volcan de mon esprit!

M'en aller avec vous, m'enlever

Mon costume de civilisé, la douceur mesurée de mes actes,

Ma peur innée des prisons,

Ma vie pacifique,

Ma vie assise, statique, réglée et rabâchée!"


-"Ô mes héros rudes et velus, rudes héros de l'aventure et du crime!

Mes fauves marins, de mon imagination les maris!

Amants occasionnels de l'obliquité de mes sensations!

Je voudrais être Celle qui vous attendrait dans les ports,

Vous, les haïs-aimés de son sang de pirates dans ses rêves!

Parcequ'elle aurait avec vous, mais rien qu'en esprit passé sa rage

Sur les cadavres nus des victimes que vous faites sur les mers!

Parce qu'elle aurait été la compagne de vos crimes, et dans l'orgie océanique

Son esprit de sorcière danserait invisible autour des gestes

De vos corps, de vos haches, de vos mains d'étrangleurs!

Et elle, à terre, à vous attendre, quand vous viendrez, si jamais vous veniez,

Elle irait boire aux rugissements de votre amour tout le vaste,

Tout le brumeux et sinistre parfum de vos victoires,

Et à travers vos spasmes sifflerait un sabbat tout de rouge et de jaune!"


-"Il faudrait être Dieu, et le Dieu d'un culte à rebours,

Un Dieu monstrueux et satanique, un Dieu d'un panthéisme de sang,

Pour pouvoir combler toute la mesure de ma furie imaginative,

Pour pouvoir épuiser jamais tous mes désirs d'identité..."

-"Quelque chose en moi se brise. Le rouge se fait nuit.

J'ai trop senti pour pouvoir continuer à sentir.

Mon âme s'est épuisée, il ne reste en moi qu'un écho.

La vitesse de la roue décroît sensiblement.

Mes rêves m'ôtent légèrement les mains des yeux.

En moi il n'y a qu'une béance, un désert, une mer nocturne,

S'élève en son grand large, surgit de son silence,

A nouveau, à nouveau, le vaste cri, le cri très ancien.

Tout d'un coup, tel l'éclair d'un son -alors, en lieu de bruit, monte de la tendresse-,

Enlaçant brusquement tout l'horizon marin,

Humide et sombre houle humaine dans la nuit,

Voix de sirène au loin pleurant et appelant,

Du fin fond des Lointains il vient, du fond des Mers, de l'âme des Abysses,

Et au fil de son reflux, comme des algues, flottent mes rêves dépecés..."
Merci pour le partage, je ne connaissais pas ce poète mais ses textes sont sublimes !!!
 

o

Maître poète
Inscrit
21 Juillet 2018
Messages
5,575
J'aime
5,722
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#12
Joli soir Lucie,

Comme j'aimerais y croire ! ;) !
Ceci dit j'ai savouré cette lecture :cool:!
Merci d' avoir édité ce poème !

Poétiquement

Rose ***
 

o

Maître poète
Inscrit
21 Juillet 2018
Messages
5,575
J'aime
5,722
Points
123
Je suis
Une femme
Hors ligne
#16
Mais de rien , Lucie !

Ici on échange beaucoup et j'ai vraiment apprécié ce poème ^^

Poétiquement

Rose ***
 
Inscrit
17 Août 2018
Messages
276
J'aime
133
Points
43
Localité
Brest
Je suis
Une femme
Hors ligne
#19
Tiens donc, cela me fait présumer des pansements dévêtus collés sur nos horreurs.
Pensée aux natifs américains.
Suis peut-être hors sujet, mais tant pis j'aurai essayé.
 

Membres en ligne

Anniversaires du jour

Haut