• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Roulez, jeunesse…

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Autoskooter_Legs_2.jpg


Un jour que m’égarait la route j’entrevis,
Nue sous un ciel de plomb, sinistre et fantastique,
Une carcasse noire et rectangle sans vie
Que huit arches de fer surmontaient, squelettiques.

Figé dans la froidure épaisse de janvier,
Jonché de terre humide et de pans de grillage,
Un manège d’autos tamponneuses oublié
Pourrissait lentement, échoué dans le bocage.

Sur le plateau rouillé, trois voitures recrues,
Les sièges éventrés, les chromes arrachés,
Frappées d’indignité, gisaient là, incongrues,
Leurs longs phares brisés semblant des yeux crevés.

J’effleurai de mes doigts l’une de ces épaves
Souvenir éraflé du temps de l’innocence :
De juillets vaporeux d’enfance sans entrave,
De filles au goût d’été, songes d’adolescence.

Et je restai transi, touchant ce corps inerte,
Cherchant les vibrations des années de jeunesse.
Mais rien ne vibrait plus sur la piste déserte
Où la nuit s’affala, sans étoiles et sans liesse.
 

Zoé

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
908
J'aime
979
Points
158
Age
52
Localité
Sarthe
Je suis
Une femme
Hors ligne
#2
Tous les éléments concourent à créer cette atmosphère sombre et métallique où se mêlent le réel et le fantastique, le présent et le passé.
On commence par prendre une route qui dotée d'intention prend le contrôle pour conduire vers cette carcasse de souvenirs.
Puis on arrive sur des corps sans vie, décor morbide... S'il subsiste un espoir il est vite balayé par la désillusion... Lors, on relit et relie le titre et la boucle est bouclée.
Un côté très ciné, un effet madeleine décoiffant, on sort de l'ordinaire, c'est bien écrit
J'ai adoré !
Merci
 
Inscrit
21 Août 2018
Messages
2,895
J'aime
3,246
Points
173
Localité
Corse et du monde
Je suis
Un homme
Hors ligne
#4
Des souvenirs rouillés d'un passé qui n'est plus et le rêve s'achève sur la déconvenue ...

Un texte tout à fait original servi par une plume adroite ... bravo !

Amitiés
Pierre
 

michel

Grand poète
Inscrit
20 Août 2018
Messages
2,017
J'aime
2,249
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#5
très sympathique ce rappel à des souvenirs qui me rappelle bien des choses. merci pour ce coup de jeune, même si ces autos ne le sont plus!

belle journée

michel
 

Lysnoir

Grand poète
Inscrit
12 Août 2018
Messages
908
J'aime
902
Points
148
Localité
Région lyonnaise
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
Quelle écriture ! Je me suis régalée à la découvrir et à la lire, tant dans la forme que dans le fond.
Une atmosphère habilement bien rendue, des images captivantes, le tout imprégné d'une nostalgie limite empreinte de tristesse...
Bref, bravo !

Belle soirée à vous
Maune
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#7
Tous les éléments concourent à créer cette atmosphère sombre et métallique où se mêlent le réel et le fantastique, le présent et le passé.
On commence par prendre une route qui dotée d'intention prend le contrôle pour conduire vers cette carcasse de souvenirs.
Puis on arrive sur des corps sans vie, décor morbide... S'il subsiste un espoir il est vite balayé par la désillusion... Lors, on relit et relie le titre et la boucle est bouclée.
Un côté très ciné, un effet madeleine décoiffant, on sort de l'ordinaire, c'est bien écrit
J'ai adoré !
Merci
Que vous ayez relevé un côté "très ciné" dans ces vers me touche, car c'est un peu ma marque de fabrique. Cet aspect est, d'ailleurs, plus beaucoup plus accentué dans nombre de mes autres textes. Merci beaucoup de votre commentaire et... d'avoir aimé !
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#8
Des souvenirs rouillés d'un passé qui n'est plus et le rêve s'achève sur la déconvenue ...

Un texte tout à fait original servi par une plume adroite ... bravo !

Amitiés
Pierre
Merci à vous, Pierre. Les souvenirs sont précieux, il convient de les huiler régulièrement pour éviter qu'ils ne rouillent. :)
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#11
Quelle écriture ! Je me suis régalée à la découvrir et à la lire, tant dans la forme que dans le fond.
Une atmosphère habilement bien rendue, des images captivantes, le tout imprégné d'une nostalgie limite empreinte de tristesse...
Bref, bravo !

Belle soirée à vous
Maune
Beau compliment venant d'une plume telle que la vôtre, Maune ! Je vous ai lu par le passé sur d'autres sites, et je reconnaitrais votre style même si vous ne signiez pas vos textes. :)
Bonne soirée à vous,
P.
 

REVEPOURPRE

Maître poète
Inscrit
19 Juillet 2018
Messages
5,933
J'aime
5,005
Points
173
Localité
BREST
Je suis
Un homme
Hors ligne
#13
une poésie bien originale

et on ne peut plus descriptive

un partage épatant

l'écriture est choisie!!!


BRAVO


amiitiés


RP
 

Phantom

Poète confirmé
Inscrit
2 Novembre 2018
Messages
56
J'aime
46
Points
168
Localité
Paris
Je suis
Un homme
Hors ligne
#15
bel écrit

kdo :


bonne écoute
merci du partage
amicalement
carlame
Merci Carlame...
Même si j'avoue ne pas bien comprendre la relation entre cette vidéo et mon texte, qu'ils'agisse des images ou des paroles. Par ailleurs, je suis atteint d'une sévère et incurable allergie au rap ;) , pas de chance ! Mais c'est l'intention qui compte, et si ce texte vous inspire cela, pourquoi pas ? :)
 

michel

Grand poète
Inscrit
20 Août 2018
Messages
2,017
J'aime
2,249
Points
123
Je suis
Un homme
Hors ligne
#18
Voir la pièce jointe 1545

Un jour que m’égarait la route j’entrevis,
Nue sous un ciel de plomb, sinistre et fantastique,
Une carcasse noire et rectangle sans vie
Que huit arches de fer surmontaient, squelettiques.

Figé dans la froidure épaisse de janvier,
Jonché de terre humide et de pans de grillage,
Un manège d’autos tamponneuses oublié
Pourrissait lentement, échoué dans le bocage.

Sur le plateau rouillé, trois voitures recrues,
Les sièges éventrés, les chromes arrachés,
Frappées d’indignité, gisaient là, incongrues,
Leurs longs phares brisés semblant des yeux crevés.

J’effleurai de mes doigts l’une de ces épaves
Souvenir éraflé du temps de l’innocence :
De juillets vaporeux d’enfance sans entrave,
De filles au goût d’été, songes d’adolescence.

Et je restai transi, touchant ce corps inerte,
Cherchant les vibrations des années de jeunesse.
Mais rien ne vibrait plus sur la piste déserte
Où la nuit s’affala, sans étoiles et sans liesse.
je le relis pour la seconde fois et il me fait toujours autant plaisant
 
Haut