• Forum de Poésie. Postez vos poèmes, vos commentaires...
    Bienvenue à tous les poètes ! Forum de poésie, où tout le monde peut poster ses poèmes, mettre son avis sur les poèmes des autres et participer aux discussions !

Poème Toutes les saisons.

Inscrit
14 Juin 2019
Messages
96
J'aime
89
Points
18
Je suis
Un homme
Hors ligne
#1
Brisée, maintenant
la main dort sur l'outil
le geste abrégé par son manque de sens,

Et le labeur inachevé
immobile
attends que l'hiver montre les crocs
pour devenir un regret.
Elle a été toute les saisons,
Mais qui apprivoise le mieux les feuilles mortes
qui composent sur son corps une danse
dont chaque pas me transporte
où elle ne sera plus jamais de saison.
Le brouillard le savait
en venant de la colline par le hasard de ses formes
mendier une moisson
pour son ventre hurlé à sa façon,
Ne reste que le verbe froid
Cherchant à changer de sujet
sous la peau d'un corps plus jamais conjugué.
 

Zoé

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
564
J'aime
438
Points
118
Age
51
Localité
Sarthe
Je suis
Une femme
Hors ligne
#4
Un peu déroutée par le manque de ponctuation, par cette sensation que quelque chose de grave est advenu sans pour autant réussir à en saisir toute la teneur.
Séduite par cette expression sibylline, par la personnification des éléments.
L'on pourrait parler de la terre, d'une femme, de leur ventre fertile, berceau de vie rendue fragile par des mains mal attentionnées. Mais l'on pourrait également juste se taire et simplement ressentir.
Un coup de cœur pour les premiers vers qui tombent comme un couperet et que l'on pourrait aussi positionner à la fin mais les trouver au début accroche d'entrée.
Merci pour cette lecture
 
Inscrit
14 Juin 2019
Messages
96
J'aime
89
Points
18
Je suis
Un homme
Hors ligne
#5
Un peu déroutée par le manque de ponctuation, par cette sensation que quelque chose de grave est advenu sans pour autant réussir à en saisir toute la teneur.
Séduite par cette expression sibylline, par la personnification des éléments.
L'on pourrait parler de la terre, d'une femme, de leur ventre fertile, berceau de vie rendue fragile par des mains mal attentionnées. Mais l'on pourrait également juste se taire et simplement ressentir.
Un coup de cœur pour les premiers vers qui tombent comme un couperet et que l'on pourrait aussi positionner à la fin mais les trouver au début accroche d'entrée.
Merci pour cette lecture
Bonjour,
Voici la version "ponctuée" qui répond a votre impression justifiée. le lecture en devient plus évidente ainsi.

Brisée, maintenant
la main dort sur l'outil
le geste abrégé par son manque de sens,

Et le labeur inachevé
immobile
attends que l'hiver montre les crocs
pour devenir un regret.

Elle a été toute les saisons,
Mais qui apprivoise le mieux les feuilles mortes
qui composent sur son corps une danse
dont chaque pas me transporte
où elle ne sera plus jamais de saison.

Le brouillard le savait
en venant de la colline par le hasard de ses formes
mendier une moisson
pour son ventre hurlé à sa façon,

Ne reste que le verbe froid
Cherchant à changer de sujet
sous la peau d'un corps plus jamais conjugué.
 

Zoé

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
564
J'aime
438
Points
118
Age
51
Localité
Sarthe
Je suis
Une femme
Hors ligne
#6
Bonjour,
Voici la version "ponctuée" qui répond a votre impression justifiée. le lecture en devient plus évidente ainsi.

Brisée, maintenant
la main dort sur l'outil
le geste abrégé par son manque de sens,

Et le labeur inachevé
immobile
attends que l'hiver montre les crocs
pour devenir un regret.

Elle a été toute les saisons,
Mais qui apprivoise le mieux les feuilles mortes
qui composent sur son corps une danse
dont chaque pas me transporte
où elle ne sera plus jamais de saison.

Le brouillard le savait
en venant de la colline par le hasard de ses formes
mendier une moisson
pour son ventre hurlé à sa façon,

Ne reste que le verbe froid
Cherchant à changer de sujet
sous la peau d'un corps plus jamais conjugué.
J'avais trouvé les découpes, je l'ai lu et relu sans trouvé qui était et ne sera plus de toutes les saisons.
Mais à présent que je le relis avec un peu de recul je sens le geste suicidaire d'une femme...
 
Inscrit
14 Juin 2019
Messages
96
J'aime
89
Points
18
Je suis
Un homme
Hors ligne
#8
Voilà la photo qui a inspirée le texte (je l'ai prise moi-même à côté de chez moi).
Chacun son cinoche, donc, partant de là !
Dans mon film, c'est un type seul qui regrette quelqu'un dans un endroit comme celui-ci.
 

Zoé

Grand poète
Inscrit
26 Juillet 2018
Messages
564
J'aime
438
Points
118
Age
51
Localité
Sarthe
Je suis
Une femme
Hors ligne
#9
Ha oui... J'étais partie loin là ! J'aime bien me faire des films
Merci pour vos explications
Très belle photo
 
inscrivez-vous

Membres en ligne

Haut